Vol AH 5017: la polémique enfle sur les réseaux sociaux algériens

En Algérie, la polémique enfle depuis le crash du vol AH 5017, jeudi 24 juillet. Médias et réseaux sociaux dénoncent le manque de communication des autorités, et regrettent que ce soit de la France que viennent les informations sur ce vol d’Air Algérie.



Malgré les quelques allocutions du gouvernement algérien (ici le ministre des Transports Amar Ghoul, vendredi 25 juillet), les internautes algériens reprochent aux autorités de ne pas assez agir après le crash du vol AH 5017.
Malgré les quelques allocutions du gouvernement algérien (ici le ministre des Transports Amar Ghoul, vendredi 25 juillet), les internautes algériens reprochent aux autorités de ne pas assez agir après le crash du vol AH 5017.

Dès jeudi matin, la presse multiplie les questions : pourquoi avoir attendu sept heures pour annoncer la disparition de l’avion, pourquoi n’avoir envoyé aucun officiel à Ouagadougou, pourquoi avoir attendu une demi-journée pour faire décoller des avions pour aider aux recherches, alors que l’Algérie possède des appareils de reconnaissance basés à Tamanrasset ?

Mais on ne comprend pas non plus pour quelle raison les autorités ont si peu communiqué jeudi, ni pourquoi, à l’aéroport d’Alger, des familles et un diplomate n’ont trouvé aucun interlocuteur jeudi soir.

Vendredi, comme pour répondre aux critiques, trois ministres ont fait une déclaration ensemble à l’aéroport. Personne ne peut dire quelle est la cause du crash, répètent-ils, les journalistes doivent patienter jusqu’aux résultats de l’enquête. Il veulent rassurer : le patron de Air Algérie et des ministres ont bien rendu visite aux familles des victimes.

Mais si l’objectif était de calmer la polémique, c’est raté ! Moins de deux heures plus tard, c’est à Paris que trois ministres français annoncent qu’il n’y a aucun survivant et expliquent comment sera menée l’enquête.

Source : Rfi.fr
 



Samedi 26 Juillet 2014 - 02:32



Nouveau commentaire :
Facebook Twitter