WASSADOU : la lutte des paysans, une lutte de parachèvement de la libération nationale

« (…) la lutte de libération (…) ne finit pas au moment où
l’on hisse le drapeau et se joue l’hymne national » CABRAL



WASSADOU : la lutte des paysans, une lutte de parachèvement de la libération nationale
Avant l’effondrement de son empire colonial, l’impérialisme fasciste portugais « (…) a accordé à une entreprise dominée par les intérêts anglais, des droits souverains sur une étendue correspondant à 17% du territoire du Mozambique » nous informait Amilcar CABRAL dans un de ses écrits. D’après vous, ces droits sur des terres africaines accordés au moment de la colonisation à cette entreprise anglaise par le Portugal devraient-ils demeurer après l’indépendance du Mozambique?
C’est à cette question qu’est confronté le régime APR/AFP/PS et de ses alliés aujourd’hui 52 ans après ce que Cabral appelait « l’année de l’Afrique » en parlant des pseudo-indépendances de 1960.

Wassadou, à une soixantaine de kilomètres de Tambacounda (Sénégal), est en proie à un litige foncier opposant la famille KHAYATT et les populations de cette localité réunies dans un collectif représentant 14 villages. Située sur la route avec une nappe phréatique atteinte à une dizaine de mètres, la zone a des avantages et remplit des conditions qui font saliver les capitalistes. Des populations ont été déguerpies de leurs maisons et de leurs champs, un périmètre arboricole de 250 pieds de manguiers qui devaient produire leur première récolte après 04 ans d’entretien par des femmes détruit, la construction d’une piste de production latéritique devant désenclaver villages et périmètre bananier arrêtée…Les KHAYATT seraient propriétaires de toute cette surface.

Un business devenu lucratif en Afrique est l’accaparement de terres fertiles par l’expropriation des petits producteurs. JP Morgan, Goldman Sachs, des universités américaines comme celles de l’Iowa, de Harvard, Vanderbilt…accaparent ainsi des terres dans plusieurs pays africains.

Pour le cas de Wassadou, le loup est dans la bergerie depuis la colonisation. Les KHAYATT auraient un titre foncier datant de 1935. « Ils ont in titeur foncié ». C’est ce que répètent les perroquets eunuques, couards et traitres à leur peuple avocats des KHAYATT. Pour eux, la trahison est plus rentable que le patriotisme. Pour eux comme pour les régimes PS et PDS il n’y a pas d’autre issue que le respect de l’intangibilité des titres fonciers hérités de la période coloniale.
Et quand un régime ose remettre en cause cette intangibilité du système foncier colonial au profit de sa population et de sa paysannerie il devient un Mugabé.

Au semi colonial principe de l’intangibilité des frontières a correspondu à l’intérieur des frontières une intangibilité des titres fonciers issus de la période colonial. Cette intangibilité des titres fonciers n’a qu’un seul objectif la pérennisation des terres accaparées par les colons et leurs alliés.
Les premiers accaparements ont eu lieu pendant la période coloniale. Certains accaparements ont survécu à l’indépendance. Autrement dit, certaines terres n’ont pas été libérées par les nouveaux régimes semi coloniaux. Ces terres sont à libérer par l’expropriation des expropriateurs.

Devant la levée de bouclier quasi générale face aux accaparements du 21e siècle les accaparements du 20e siècle et d’avant ont l’avantage de passer avec beaucoup moins de douleur si la duperie de l’inaliénabilité de ces terres passe. Les colons ont violé par le feu et le fer les populations africaines pour avoir ces titres fonciers dont les KHAYATT bénéficient aujourd’hui. Et aujourd’hui ce sont les violeurs et leurs complices qui crient au viol !?
De 1935 à nos jours les KHAYATT n’ont pas exploité « leurs » terres. En 2009 ils lancent un projet agro industriel puisant ses ressources dans un « consortium de sociétés complémentaires » pour un coût global de 1,8 milliards de francs CFA. Nous serions curieux de connaître l’identité de ces sociétés.

2009 ! Retenons bien la date qui n’est pas fortuite. Un an après les émeutes de la faim dans plusieurs endroits du monde, de l’Afrique et du Sénégal. Un an après la crise alimentaire mondiale.

Toujours en 2009, voici les quantités de « semences » d’arachide non sélectionnées et subventionnées proposées aux paysans au sénégal : 9kg par imposable à Fass Tièkène et à Saly Escale, 14kg par imposable à Lour Escale et 11kg à Ida Mouride, 50kg par carré à Koungheul,8kg par imposable à Kayène, 10kg par carré à Thièl.
2009, 50 ans après une politique systématique de précarisation des paysans, de sabotage de l’agriculture paysanne le fruit serait peut être mûr pour un agro business qui va transformer le paysan en ouvrier agricole corvéable et malléable à merci sur ses propres terres. Et cela dans un contexte de distillation du mythe mensonger du paysan paresseux incapable de régler la question de l’auto suffisance alimentaire auquel il faut remplacer le grand capital sauveur et créateur d’emplois.

Ces tentatives de faire main basse sur les terres de Wassadou et d’ailleurs au Sénégal ne constituent pas des cas isolés. Avec 10,28 millions d’hectares (environ la superficie du Bénin), le Mozambique arrive en tête des pays les plus ciblés par le capital étrangers. Arrivent ensuite le Zimbabwe, talonné par la République Démocratique du Congo (3,04 millions d’hectares), le Soudan (2,24 millions), la Zambie (2,04 millions), Madagascar (1,8 million d’hectares) et l’Ouganda (888 500 hectares).

Le projet de Wassadou viserait la mise en culture de 1.000 ha irrigués toute l’année et la création de 4.000 emplois au minimum. Parlons de la dizaine d’employés agricoles des KHAYATT. Ils triment de 8 heures à 13 heures et de 14 heures à 18 heures du lundi au samedi et le dimanche de 8 heures à 13 heures. Soit 59 heures par semaine, 216 heures par mois. Pour 45.000Fcfa. Soit 208 francs Cfa l’heure. 1500 francs CFA la journée de travail. Celui qui est indigne de confiance dans les petites choses le sera pour les grandes.

Journaliers dans les plantations pour le marché mondial ? Ce même marché mondial qui spécule sur les céréales à la Bourse de Chicago et ailleurs, qui cultive du bio carburant à la place de cultures vivrières, qui développe les semences Terminator, qui brevette le vivant…Ce destin est inacceptable pour nos paysans. Disons NON à cette politique agricole semi coloniale. Les KHAYATT doivent dégager !

Que va faire le régime APR/AFP/PS ? Rupture ou continuité ?


A l’intangibilité du franc CFA, l’intangibilité du français comme langue officielle, l’intangibilité de la présence des bases militaires françaises, l’intangibilité des frontières du Congrès de Berlin… opposons l’intangibilité de la lutte de notre peuple pour la souveraineté réelle et non de façade, pour le mieux être et non la misère dans laquelle il est confiné.

Populations et politiciens de Tambacounda ont toujours déploré le manque de considération des autorités centrales à leur égard. Mais la considération ne se mesure pas en termes de postes ministériels, de sénateur, de député, de directeurs de sociétés nationales…accordés à des natifs de la région. La considération de la région de Tambacounda c’est l’expropriation des KHAYATT au profit des paysans de Wassadou, c’est le statut de volontaire pour les animateurs polyvalents des cases des tout petits et des classes préparatoires de la région de Tambacounda, c’est la construction dans les meilleurs délais d’un centre universitaire régional, c’est…

Perpétuer l’ordre du titre foncier colonial signifie perpétuer le crime colonial. Et ce que disait Eduardo GALEANO à propos du pillage de l’Amérique du Sud dans Les veines ouvertes de l’Amérique Latine vaut aussi pour l’Afrique, le Sénégal et Wassadou. « Récupérer les ressources usurpées depuis toujours équivaut à récupérer notre destin ».
« Avez-vous le courage de reprendre aux espagnols détestés les terres volées à vos ancêtres voilà trois cents ans ? ». Telle était l’interpellation faite aux amérindiens par Miguel HIDALGO, un des dignes successeurs de Tùpac AMARU.

Le 11 Août 2012, les paysans de Wassadou ont montré qu’ils avaient le courage de reprendre aux KHAYATT les terres volées à leurs parents voilà 77 ans en allant semer des haricots dans la « propriété » des expropriateurs.
Le régime de l’APR/AFP/PS fera t-il preuve d’autant de courage politique ?

Guy Marius SAGNA Coordonnateur du M23 de Tambacounda



Lundi 8 Octobre 2012 - 17:43



Nouveau commentaire :
Facebook Twitter