Wade aurait payé un logiciel "magique" à 5 milliards pour frauder l’élection du 26 février

Révélation de l’expert Bakar Ndiaye sur le dispositif de fraude mis en place par le pouvoir de Wade. M. Ndiaye a été le coordonnateur des experts informaticiens de la mouvance présidentielle lors de «l’audit» du fichier électoral en 2007, mais aussi consultant du Collectif des organisations de la société civile (Cosc) lors de la mission «d’audit» du fichier électoral en 2010-2011 sous la supervision de l’Union européenne, de l’Usaid et de l’Allemagne.



Wade aurait payé un logiciel "magique" à 5 milliards pour frauder l’élection du 26 février
Suite au document titré : Comment Me Wade compte-t-il gagner en 2012 ? publié dans le Net, il serait absolument nécessaire, en tant qu’expert électoral et en biométrie ayant participé à la dernière mission d’audit sous la supervision de l’Union européenne, des Etats-Unis d’Amérique (Usa) et de l’Allemagne, d’apporter, pour l’opinion publique nationale et internationale, les précisions qui s’imposent sans avoir à revenir sur certains détails.

Un logiciel qualifié de magique, acquis par l’Etat pour un montant de cinq milliards de francs Cfa environ pour détourner le choix démocratique des Sénégalais a motivé la production dudit document. Ce logiciel devrait permettre, en plus de la fraude prévue dans certaines zones de la région de Ziguinchor, de faire la différence en faveur du candidat Ab­dou­laye Wade avec les militaires, paramilitaires et électeurs des localités nouvellement découpées et qui ne pourraient pas accomplir leur devoir de citoyen.

C’est en toute lucidité que nous pouvons interpeller notre moi positif qui seul peut nous mettre en confiance pour affronter n’importe quelle situation, si complexe soit-elle. La constante, cette stratégie de fraude mise en œuvre en 2007, est toujours là, déjà dé­plo­yée et prête à assurer la victoire au premier tour à la mouvance présidentielle. Je l’ai déjà dit et je le répète, avec la refonte totale du fichier électoral, le régime libéral avait, en 2005, mis en place un nouveau système hybride de gestion des élections pour ôter toute empreinte socialiste de notre processus électoral. 

Ce nouveau système, singularisé par une biométrie sans impact, a déjà valu aux Libéraux deux grandes victoires avec la Présidentielle de 2007 et le boycott des Législatives de la même année. Ce système très basic, ne pouvant fonctionner que sous contrôle des hommes qui l’ont mis au point avec ses multiples failles, a produit un résultat positif parce que nouveau devant l’absence d’expertise des techniquement malvoyants qui devaient procéder à sa validation. Et à l’état actuel du déroulement de notre processus électoral, tout confirme que la procédure de gestion de ce nouveau système, toujours hors de la logique des soi-disant experts veilleurs sans science, se consolide et tend à devenir, pour toute élection générale, une véritable machine à victoires. Cette mécanique électorale à une vitesse, seule la victoire au premier tour, n’offre aucune possibilité à ses concepteurs d’inclure dans leur schéma stratégique l’éventualité d’un second tour. 

D’après mon rapport d’évaluation de la Présidentielle de 2007, toute l’Administration électorale de notre pays qui avait en charge la gestion de cette élection et qui est toujours en place pour l’échéance de 2012, était complice, avec des preuves irréfutables d’escroquerie électorale, de détournement d’objectif et de haute trahison. Cette même Ad­ministration, sous le couvert d’un Conseil constitutionnel et d’une Cena au banc des accusés de complicité de fraude, toujours dans la même logique de détournement de la volonté citoyenne de notre peuple, ne devrait plus se retrouver dans son aise pour opérer, une fois de plus, son forfait.
Dépêche 


Lundi 13 Février 2012 - 11:26




1.Posté par Rose le 13/02/2012 12:37 (depuis mobile)
C'est vraiment triste!

Nouveau commentaire :
Facebook Twitter