Wasis Diop conseille au président sortant de passer la main

L’auteur compositeur Wasis Diop invite le président de la République Me Abdoulaye Wade à passer la main en se retirant de la course à la présidentielle, afin de « sauver » le pays d’éventuels troubles.



Wasis Diop conseille au président sortant de passer la main

« Je demande solennellement à notre ami et parent, le président Abdoulaye Wade de sauver le Sénégal en passant la main », écrit l’artiste sénégalais dans une adresse au chef de l’Etat.

La candidature de Me Wade à un nouveau mandat à la tête du pays est contestée depuis des mois par des politiques et leaders d’organisations sociales. Plusieurs juristes sénégalais soutiennent que le président sortant ne peut se présenter à la présidentielle du 26 février prochain, au regard des dispositions de la Constitution.

Cependant la candidature de Me Wade pour briguer à nouveau le suffrage des Sénégalais a été validée par le Conseil constitutionnel en même temps que 13 autres candidats.

Depuis, quatre personnes ont trouvé la mort dans des manifestations destinées à amener le président Wade à renoncer sa candidature. Alors que ce dernier est décidé à participer à l’élection, ses adversaires politiques de même que des responsables de la société civile sont décidés à faire aboutir leur plateforme même avec le démarrage de la campagne électorale.

« Monsieur le président de la République, écrit-il encore, le sort du Sénégal qui vous a été confié par le suffrage universel mérite votre respect, vous avez accompli votre mission, retirez-vous pour préserver les terres de Dial Diop, de Lat Dior, de Mame boroom Touba, et tous ceux qui vous ont précédé aux destinées de notre chère patrie ».

« Il me parait pertinent dans cette situation exceptionnelle, d’élever la voix. En 2000, nous avions voté massivement, pas pour un camp contre l’autre mais, pour une alternance démocratique. En 2012, douze ans plus tard, nous voterons à nouveau pour les même raisons », note Wasis Diop.

« L’alternance est le fondement de toute démocratie qui se respecte. Nous ne pouvons regarder ailleurs pendant que nos terres brûlent », rappelle l’auteur compositeur sénégalais spécialisé dans la musique de film.

Pour l’heure, le président sortant n’est pas sur la même longueur d’onde que l’auteur compositeur. Ce mardi, à la suite d’une tournée dans certains quartiers de la capitale Dakar, Me Abdoulaye a soutenu sans contrainte ni hésitation que « la retraite n’est pas prévenue pour demain ». Et il compte aller loin, voire « gagner l’élection présidentielle sans difficulté ». Ce mercredi, après Mbacké et Dakar, c’est la ville de Thiès qui l’accueille pour un meeting électorale et la prochaine destination est prévue pour Louga. 



Mercredi 8 Février 2012 - 19:05



Nouveau commentaire :
Facebook Twitter