Yaya Jammeh annonce le retrait de la Gambie de l'Union Africaine et menace

Yaya Jammeh accuse le corps africains d'être une marionnette de l'Occident. Il menace également de poursuivre l'Union Européenne (UE) sur la catastrophe des morts à la mer méditerranéenne. Le président Gambien parle d'aller en guerre contre l'UE.



En meeting ce week-end en Gambie, Yaya Jammeh s'en est pris à ses pairs de l'Union Africaine (UA). « Des visionnaires africains ont créé l'Organisation de l'Union Africaine (OUA) qui a donné naissance à l'UA. Je vous dis que si l'UA ne défend pas l'Afrique, la Gambie n'en fera plus partie. L'OUA a libéré l'Afrique. Si l'UA veut nous vendre pour nous ramener à l'ère coloniale et à l'esclavage, nous allons la démonter et la briser en morceaux. Quand j'ai soulevé la question lors de la dernière Assemblée générale de l'ONU, la plupart de mes collègues africains ont eu peur de l'Occident, en raison de l'aide qu'ils reçoivent », déclare le Président Gambien.

 
Selon lui, même sans le soutien des présidents africains, la Gambie doit être debout contre les Européens. « Nous allons riposter contre le massacre annoncé de Gambiens en Méditerranée. On ne va pas tolérer ce non-sens parce que les Européens ont la possibilité de détecter les embarcations, de les arrêter et d'identifier les passagers. Si l'UE passe à l'acte et tue un Gambien, Bilahi, walahi, Talahi, je vais riposter. Les européens ne peuvent pas se comporter comme les Américains qui envoient des drones pour bombarder des innocents », jure-t-il.
 

S’adressant aux européens, il déclare : « si vous bombardez la côte gambienne, c'est une déclaration de guerre. Si vous coulez des bateaux africains, c'est une déclaration de guerre. Essayez et vous verrez. A partir de maintenant, ce sera une réponse du tic au tac entre mon gouvernement et les Européens ». Il ajoute, « ils pensaient que j'allais m'adoucir et me ramollir après avoir envoyé leurs collaborateurs morts comme des chiens le 30 décembre (2014, lors du coup d'Etat manqué). Je ne changerai jamais. Aucune chèvre ne dirigera ce pays. Voila pourquoi je m'adresse à eux en anglais pour qu'ils sachent de quoi je parle. Personne ne peut nous manipuler”, fait-il comprendre selon le journal "Enquête". 


Mardi 26 Mai 2015 - 08:34



Nouveau commentaire :
Facebook Twitter