Yaya Touré : "Les gens me critiquent, la presse m’attaque… je suis dégoûté"

Il est l’un des joueurs les mieux payés au monde, pourtant, il reste la cible de toutes les critiques. Écœuré, Yaya Touré évoque sa situation compliquée à City et en Côte d’Ivoire.



Depuis plusieurs mois, Yaya Touré alterne les caprices et les coups de gueule, et s’il a tout remporté dans les meilleurs clubs au monde, l’international ivoirien ne cache plus sa colère. Critiqué tant àManchester City qu'en Côte d'Ivoire, le Citizens évoque son mal-être dans un football qui l’a pourtant érigé au rang de star, dans un entretien accordé à nos confrères de l’Equipe.
"Ici, en Angleterre, les choses ne sont pas faites positivement. Ces dernières semaines, les journalistes ont parlé d'un nouveau départ pour moi. Mais quel nouveau départ ? La saison d'avant, j’avais mis vingt-six buts, dont vingt en Premier League, et personne ne l'a mentionné. Vous comprenez un peu mon dégoût. Ici, quand c'est mauvais, ils accentuent, quand c'est bon, ils mettent ça aux oubliettes. Ils ont toujours utilisé leurs petites méthodes pour m'embêter, pour m'écarter… J'ai souvent l'impression que je gêne", s’est indignée la star de l'Etihad Stadium.
"C'est cette reconnaissance que je n'ai pas qui me fait un peu mal. C'est un peu dégoûtant"

 "Quand je suis arrivé à City, en 2010, j'ai entendu des gens dire, ici, que j'allais tuer le football ! Les journalistes parlaient de mon salaire en disant que c'était une honte. Alors que, moi, je venais juste dans ce club pour l'aider à progresser et à remporter des titres. Beaucoup de personnes, bêtes, je dois le dire, se sont moquées de moi quand j'ai dit ça. Ils se demandaient ce que moi, Yaya Touré, j'allais changer à City. Et alors, vous avez vu ce qui s'est passé ensuite ? On a presque tout gagné. C'est cette reconnaissance que je n'ai pas qui me fait un peu mal. C'est un peu dégoûtant", a-t-il ajouté, visiblement remonté contre la presse britannique.
"Même si beaucoup d'aigris qui essaient de salir mon nom en racontant des conneries, je sais aussi qu'il y a beaucoup de jeunes qui me regardent. Quand les gens t'agressent, il ne faut pas répondre, car la plupart du temps, ils ne comprennent rien. Et quand on ne t'aime pas… Heureusement, le palmarès et les statistiques parlent pour moi", a insisté le Citizens à nos confrères de l’Equipe, en mal de reconnaissance.
"Avec la Côte d’Ivoire, c’est pareil… Quand tu vois des gens te détester alors que tu viens défendre les couleurs de ton pays, cela te fait mal. (…) On m'a dénigré, même à travers des chansons, des hommes politiques se sont mis à m'insulter (voir par ailleurs). Ça fait mal, très mal. La sélection, cela n'avait plus rien à voir avec le foot. (…)J'aime mon pays. Si ce n'était pas le cas, si j'étais rancunier, oui, j'aurais dit j'arrête", a ajouté le capitaine des éléphants, visiblement écœuré du football dans son ensemble.
 
source : Goal
 


Lundi 19 Octobre 2015 - 10:53



Nouveau commentaire :
Facebook Twitter