Yémen: 50 morts dans des bombardements sur un camp de réfugiés à Aden



ADEN (Yémen), 6 mai (Xinhua) -- Au moins 50 personnes, pour la plupart des femmes et des enfants, ont été tuées et 100 autres blessées dans des bombardements sur un camp de réfugiés dans la ville portuaire d'Aden dans le sud du Yémen, mercredi, ont rapporté des responsables de santé et des témoins.

"Plusieurs mortiers et d'obus ont frappé à l'aveugle un camp de réfugiés dans le district de Tawahi, alors que des centaines de personnes étaient rassemblées pour fuir les violents combats par bateaux vers d'autres lieux", a déclaré un officiel médical du département de la Santé d'Aden sous couvert d'anonymat.

D'après les premières estimations, 50 personnes ont été tuées et plus de 100 autres blessées dans cet incident.

Des témoins présents près des lieux de l'offensive ont confirmé à Xinhua par téléphone que "des dizaines de civils ont été soit tués soit blessés après des bombardements alors qu'ils essayaient d'atteindre des petites embarcations pour fuir les combats à Tawahi".

Les combats entre le groupe chiite Houthi et les milices tribales fidèles au président yéménite Abdu-Rabbu Mansour Hadi se sont intensifiés à Tawahi, obligeant des milliers de personnes à fuir leurs maisons par bateaux pour atteindre le district de Buraiga dans l'ouest d'Aden.

Pour l'instant, aucune partie n'a commenté cet incident.

Des dizaines de milliers de civils ont fuit leurs maisons en raison des combats entre les deux parties depuis la fin du mois de mars.

Mercredi, la milice pro-Hadi, couverte par des avions de guerre des forces de la coalition saoudienne n'ont pas réussi à repousser une attaque des Houthis armés, qui ont pris d'assaut et pris le contrôle de la ville densément peuplée de Tawahi, dans la province d'Aden, où se trouvent les bâtiments gouvernementaux clefs et le siège du 4ème Commandement militaire régional, selon les officiels du gouvernement basés à Aden.

Une source bien placée a confirmé à Xinhua que les Houthis ont tué le général Ali Nasser Hadi, commandant du 4ème commandement militaire régional, lors des affrontements armés près de l'entrée principale du district de Tawahi à Aden mercredi matin.

Les provinces sud du Yémen connaissent une escalade des combats depuis la fin du mois de mars, lorsque des combats armés ont éclaté entre des hommes armés Houthis et des milices tribales liées au président Hadi, qui se réfugie actuellement en Arabie Saoudite depuis sa fuite du palais présidentiel d'Aden.

Les violents combats continuent pour obtenir le contrôle de la principale ville portuaire Aden et de cinq autres provinces du sud, alors que la nourriture, l'eau potable, les médicaments et le carburant se font rares.


new.com

Jeudi 7 Mai 2015 - 14:38



Nouveau commentaire :
Facebook Twitter