Yémen : le président Abed Rabbo Mansour Hadi a quitté Aden

Le président Abed Rabbo Mansour Hadi a fui le Yémen pour une destination inconnue, indiquent plusieurs membres de la garde présidentielle, mercredi 25 mars. Cette fuite intervient alors que les forces rebelles houthistes se sont emparées de la base aérienne Al-Anad, la plus importante du sud du Yémen, à une soixantaine de kilomètres d'Aden. Les militaires américains qui y étaient stationnés et menaient des frappes contre Al-Qaida dans la péninsule Arabique (AQPA) en avaient été évacués la semaine dernière en raison de l'aggravation de la situation.



Yémen : le président Abed Rabbo Mansour Hadi a quitté Aden

D'après la chaîne satellitaire Al-Masirah (favorable aux houtistes), la base avait été pillée par les combattants d'Al-Qaida et les partisans du président Abed Rabbo Mansour Hadi. Après s'être assurées du contrôle d'Al-Anad, les forces houthistes ont ensuite avancé vers le sud et se trouvaient à environ trois kilomètres d'Al-Houta, chef-lieu de la province de Lahej, selon une source militaire. Ils se rapprochent ainsi d'Aden, où est retranché le chef de l'Etat depuis son départ de la capitale Sanaa désormais contrôlée par les rebelles.

L'Arabie saoudite militarise la frontière

Le président yéménite a exhorté une nouvelle fois mardi le Conseil de sécurité de l'Organisation des Nations unies  à adopter une « résolution contraignante » afin de stopper l'avancée des miliciens houthistes. Dans sa lettre, il confirme aussi avoir sollicité les Etats du Conseil de coopération du Golfe pour obtenir une« intervention militaire ».

Les fonctionnaires en poste à Aden ont reçu la consigne mercredi de rentrer chez eux et certains habitants ont commencé à s'armer, indiquent un témoin.

L'Arabie saoudite est en train de regrouper du matériel militaire lourd, notamment de l'artillerie, dans des zones situées près de sa frontière avec le Yémen, ont annoncé mardi des responsables américains.

L'Arabie saoudite accuse l'Iran de semer la discorde entre les communautés au Yémen en soutenant les rebelles houtistes. Le conflit risque de dégénérer en une guerre par procuration entre l'Iran chiite et l'Arabie saoudite et d'autres monarchies sunnites de la région, favorables au président Hadi.


LeMonde.fr

Mercredi 25 Mars 2015 - 10:50



Nouveau commentaire :
Facebook Twitter