Ziguinchor : les policiers réclament leurs primes journalières et haussent le ton.

Les policiers officiant à Ziguinchor sont en rogne contre leur hiérarchie. Et pour cause, le non-paiement de leurs primes journalières, sans lesquelles, pensent-ils, il est impossible de préparer convenablement la Tabaski.



Les policiers officiant à Ziguinchor élèvent le ton contre la hiérarchie pour réclamer leurs primes journalières. En effet, las d’attendre, ces flics qui affirment vouloir se préparer pour la Tabaski sont montés au créneau pour réclamer leur dû.

«Normalement, on doit recevoir la totalité des primes au terme de six mois de service pour tous les éléments des corps militaires et paramilitaire en service en Casamance. Mais depuis quelques mois, nous courrons derrière cet argent », a déclaré un policier sous couvert de l’anonymat à nos confrères de l’As.

Selon lui, ce retard est récurrent : «chaque fois, c’est le même discours, on nous parle de problème de trésorerie. Et nous sommes très fatigués à chaque fois d’attendre ou de faire des va-et-vient pour percevoir notre argent».

Mais le problème est en train d’être résolu, affirme le porte-parole de la police : «Il y a eu un léger retard au niveau des services  financiers, mais le Trésor a déjà déposé l’argent au niveau des banques et les agents devraient rentrer dans leurs fonds avant la Tabaski. Il se trouve aussi qu’il y a eu un changement au Sud. Le nouveau commandement a reçu hier ses lettres de mission et repart immédiatement à Ziguinchor»

Ousmane Demba Kane

Jeudi 8 Septembre 2016 - 10:43



Nouveau commentaire :
Facebook Twitter