Zimbabwe: le limogeage d'Emmerson Mnangagwa, un «point de rupture»

La situation est complexe au Zimbabwe où des militaires ont pris le contrôle de bâtiments officiels et de la radiotélévision nationale au petit matin ce mercredi 15 novembre. Plusieurs personnalités ont été arrêtées par les mutins qui démentent vouloir faire un coup d'Etat et assurent que le président Mugabe et sa famille sont en sécurité. Un épisode qui fait suite à une guerre de clans dans l'entourage du chef d'Etat. Décryptage avec Liesl Louw-Vaudran, spécialiste de l'Afrique australe à l'Institute for Security Studies, à Pretoria, en Afrique du Sud.



Au Zimbabwe, il y a quelques heures, le général Sibusiso Moyo, un des hauts responsables de l’armée, est apparu à la télévision nationale. Il ne s’agit pas, dit-il, d’un « coup d’Etat ». La cible, ce sont des « criminels » dans l’entourage de Robert Mugabe et ceux qui sont responsables de la crise économique et sociale. Le général assure que le chef de l’Etat est sain et sauf.
 
RFI : A quoi est-on en train d’assister au Zimbabwe ? Les militaires disent que ce n’est pas un coup d’Etat. S'agit-il d'une intervention pour protéger le président ou bien est-il en route vers la sortie ?
 
Liesl Louw-Vaudran : Je pense que tous les éléments d'un coup d'Etat sont présents, cela y ressemble. Hier, le 14 novembre, on a vu des véhicules militaires autour d’Harare, la capitale. Aujourd’hui, des soldats étaient dans la rue, on a assisté à la prise de ZBC, la télévision nationale, puis ces déclarations.
 
De plus, le ministre des Finances, Ignatius Chombo, a été arrêté. Si c'est avéré, Chombo est un des supporters de Grace Mugabe, la femme de Mugabe, qui elle, est un peu derrière toutes ces manœuvres de ces derniers jours et même de ces dernières années.
 
Elle a réussi à faire virer la vice-présidente Joice Mujuru et il y a quelques jours, le vice-président Emmerson Mnangagwa. Elle est très ambitieuse. Elle veut prendre la place de Mugabe très bientôt, certainement.


Mercredi 15 Novembre 2017 - 11:11



Nouveau commentaire :
Facebook Twitter