campagne sous haute sécurité

Le président burundais fait campagne. Quelles que soient les critiques, Pierre Nkurunziza, candidat à un troisième mandat controversé pour l’élection présidentielle de mi-juillet continue de sillonner le pays. Le président a tenu ce vendredi un meeting sous haute sécurité dans un fief de l’opposition dans la province de Bujumbura rurale.



De Bujumbura à Kabezi, des policiers étaiennt postés tous les dix mètres, sur les toits des maisons environnantes, l’arme à la main. Des policiers et des militaires encore autour de la place où devait arriver le chef de l’Etat. Quelques centaines de militants surexcités étaient réunis dans ce fief des FNL favorables à l’opposant Agathon Rwasa. Les habitants expliquent que le CNDD-FDD, le parti au pouvoir, s’y est implanté depuis 2005 et le premier mandat de Pierre Nkurunziza.

A peine une heure d’attente et le président du parti au pouvoir arrive suivi de près par le président Nkurunziza. La foule l’acclame. Une centaine de mètres le sépare d’un camion surplombé d’une estrade. Sur ce camion et tout autour, la garde rapprochée du chef de l’Etat maintient les militants à distance. Cela ne les empêche pas d’être réactifs au discours prononcé. Toujours les mêmes thèmes de campagne : l’instauration de la démocratie dans le pays, la paix, le développement. Pierre Nkurunziza les interpelle, les fait chanter. Trente minutes et le voilà reparti vers sa prochaine destination.

C'est une campagne  au pas de course que mène le président burundais malgré les critiques formulées par la communauté internationale. Ceux qui n’y participent pas ont refusé d’être interviewés. L’un d’eux, qui s’est présenté comme apolitique, dénonce un monopartisme de fait. Aucun autre parti ne peut faire campagne, explique ce notable. Un autre prend peur et désigne du doigt les militaires lourdement armés qui sont encore là. « Celui-là il n’est pas du parti au pouvoir, il est de l’opposition, c’est pour cela qu’il reste muet, dit sans détour et dans un éclat de rire un militant du CNDD-FDD. Mais nous, nous sommes contents », ajoute-t-il. Mais il est surtout heureux que Pierre Nkurunziza se soit arrêté dans sa localité.


Rfi.fr

Samedi 4 Juillet 2015 - 07:42



Nouveau commentaire :
Facebook Twitter