la couverture médiatique de la campagne pour les élections du 29 juin passée au crible



la couverture médiatique de la campagne pour les élections du 29 juin passée au crible
Le cabinet Afrique Communication à Dakar vient de produire un rapport de monitoring des journaux sur la première semaine de campagne pour les élections locales du 29 juin 2014 au Sénégal. Il s’agit d’une analyse de la couverture médiatique faite par 10 quotidiens sélectionnés pour leur notoriété. L’étude a réuni des observateurs, des spécialistes en stratégie de communication, des sociologues et des analystes politiques.
De manière générale, le rapport indique qu’il y a eu des disparités géographiques dans le rendu de la campagne électorale lors de cette première semaine. Les journaux se sont focalisés sur certaines régions au détriment des autres. Ainsi, Dakar, la capitale, est la mieux couverte, se taillant jusqu’à 44,24% de tout le travail de la presse. Cette orientation semble dictée par le fait que dans certaines villes, l’élection a un enjeu national. C’est le cas à Dakar, à Saint-Louis, à Thiès ou à Ziguinchor. Mais le rapport laisse croire que la modicité des moyens dont disposent les médias ne les autorise pas à couvrir les 13 régions du Sénégal de manière équitable.
Le cabinet Afrique Communication a par ailleurs noté une présence inégale dans les journaux des partis politiques, des coalitions et des hommes. Ainsi, bien qu’il ne soit pas candidat, Macky Sall, président de la République et chef du parti Apr, est la personnalité la plus citée, totalisant jusqu’à 21,5% à lui tout seul. Une performance considérable pour des élections où 2700 listes sont en compétition pour la conquête d’environ 600 communes. L’ex-président, Abdoulaye Wade, qui n’est pas en course, lui non plus, arrive en 6ème position des leaders les plus présents dans la presse. Au finish, le chef de l’Etat et son successeur totalisent 30%.
Parmi les candidats au poste de maire, la presse s’intéresse essentiellement aux poids lourds. L’élu sortant de Dakar, l’opposant Khalifa Sall (photo), arrive en tête, suivi par madame le Premier ministre, Aminata Touré. Concernant les formations politiques, la coalition Benno Bokk Yakaar qui regroupe les partis au pouvoir, focalise davantage les attentions, par une présence à la une des journaux et dans les pages intérieures. Arrive en 2ème position la coalition Taxawu Dakar du maire Khalifa Sall.
Sur la prise de parole dans la presse, la balance penche en faveur des hommes. Les comptes rendus des meetings et des descentes sur le terrain, ainsi que les reportages font observer que ce sont essentiellement les hommes qui parlent au nom des partis et coalitions de partis. Les disparités sont assez fortes, avec pas moins de 70% d’hommes.
Au-delà de ces inégalités dans la couverture et la parole donnée, la presse écrite s’illustre par un traitement impartial de l’information, constate le rapport de monitoring. La violation du principe d’équilibre de l’information reste très marginale. Pour maintenir ce professionnalisme, le cabinet Afrique Communication recommande à l’Etat de donner aux journaux des moyens additionnels pour se déployer dans le pays entier. Les directeurs de publication doivent alors s’en tenir à une couverture équitable des régions. Les chargés de communication des partis politiques sont appelés à mettre à la disposition des journalistes toutes les informations nécessaires. Enfin, le Conseil pour l'observation des règles d'éthique et de déontologie dans les médias (Cored) est appelé à jouer son « rôle de vigie, de coaching, d’appui-conseil et de renforcement des capacités des journalistes, pour le respect de leur charte ». Pour y parvenir, le Cored est invité à faire son propre monitoring des médias.
Assongmo Necdem

agenceecofin.com

Vendredi 27 Juin 2014 - 12:34



Nouveau commentaire :
Facebook Twitter