Connectez-vous S'inscrire
PRESSAFRIK.COM , L'info dans toute sa diversité (Liberté - Professionnalisme - Crédibilité)


PRESSAFRIK.COM , L'info dans toute sa diversité (Liberté - Professionnalisme - Crédibilité)



« La justice est devenue un objet politicien au profit d’un clan, dans la perception des Sénégalais », rétorque Birahim Seck au président de la Cour suprême



« La justice est devenue un objet politicien au profit d’un clan, dans la perception des Sénégalais », rétorque Birahim Seck au président de la Cour suprême
Après le communiqué du premier président de la Cour suprême sur le bras de fer entre l’UMS et le ministre de la Justice, les réactions ne manquent pas.
Après le poète Amadou Lamine, pour qui cette prise de parole du magistrat Cheikh Tidiane Coulibaly est une innovation et une entrée honorable de cette institution dans le débat public, le Coordonnateur du Forum Civil a fait une autre lecture de la sortie du premier président de la Cour suprême.

Selon Birahim Seck, « Objectivement, il ne s'agit pas de constater les "attaques" contre la justice mais, de mettre en oeuvre les réformes arrivées à maturation pour une Justice indépendante et crédible. La justice a cessé d'être, juste, un enjeu politique »

Le patron de la filiale sénégalaise de Transparency international d’affirmer que « Dans la perception des Sénégalais, elle est devenue un objet politicien au profit d'un groupe ou d'un clan, ce qui est dommageable à la transparence et à la promotion de la démocratie »

Il appelle à asseoir les réformes à même de rendre au système judiciaire sa force. « Le rapport du Comité de Concertation sur la Modernisation de la Justice est assurément une bonne base pour apporter les réformes nécessaires au Statut des magistrats, au Conseil supérieur de la Magistrature et à la carte judiciaire du Sénégal. A ce niveau, la Cour suprême a un rôle éminent à jouer au service de l'intérêt général », explique-t-il dans une note transmise à PressAfrik.
 

AYOBA FAYE

Mercredi 7 Octobre 2020 - 20:02


div id="taboola-below-article-thumbnails">


1.Posté par Ndiaye le 08/10/2020 11:55
Mr Seck il fallait avoir le courage de dire la vérité à Telicko critiquer ses collègues si on dit on juge selon ses convictions c'est la liberté ou l'indépendance de la justice
Votre position donne l'impression d'un partisan et souvent opposant et donneur de leçons

Nouveau commentaire :
Facebook Twitter