PRESSAFRIK.COM , L'info dans toute sa diversité (Liberté - Professionnalisme - Crédibilité)



PRESSAFRIK.COM , L'info dans toute sa diversité (Liberté - Professionnalisme - Crédibilité)




​«Avec l’audition de Oumar Sarr, ce matin, on s’est rendu compte que… », Me Madické Niang


Les avocats du secrétaire général adjoint du PDS (Parti Démocratique Sénégalais), ont introduit une demande de liberté provisoire. Selon l’un d’eux, Me Madiacké Niang, «les chefs d’accusation retenus contre Oumar Sarr ne sont pas fondés».



​«Avec l’audition de Oumar Sarr, ce matin, on s’est rendu compte que… », Me Madické Niang
« Avec l’audition de Oumar Sarr, ce matin, on s’est rendu compte que les chefs d’accusation retenus à son endroit sont loin d’être fondés. C’est pourquoi immédiatement après l’audition de Oumar Sarr, nous avons déposé une demande de mise en liberté provisoire, son maintien en détention ne se justifie pas, d’autant plus que nous avons jugé que son arrestation est illégale parce qu’ils ne pouvaient pas intervenir sans autorisation de l’Assemblée nationale. On nous a dit que c’est le flagrant délit, on nous a même parlé d’un flagrant délit continu alors que Oumar Sarr a tenu des déclarations d’un Comit directeur qu’il a signées en tant que secrétaire adjoint », campe le conseil du coordonnateur du PDS.
 
Me Madické Niang d’indiquer que «deuxièmement, on est en matière de délit d’opinion et en la matière, vous ne verrez jamais quelque part une procédure de flagrant délit. La procédure n’a pas respecté ce qui est prévu » surtout «quand il s’agit de l’arrestation d’un député », stipule la robe noire.
 
«Pour ces raisons, nous avons décidé d’abord une demande d’annulation de la procédure et nous venons de déposé une demande pour obtenir la liberté provisoire», sert le responsable libéral sur Sud fm. Oumar Sarr entendu ce matin par le Doyen des Juges d’Instruction, les députés et militants de l’opposition se sont mobilisés au Palais de Justice de Dakar pour le soutenir. 
 


Mardi 19 Janvier 2016 - 17:35




1.Posté par Leuk le 19/01/2016 18:19
En tout cas, nous avons là une preuve palpable de la dérive dictatoriale actuellement au Sénégal.
Et tous les dictateurs, à travers les âges, se sont appuyés sur la justice pour assouvir leur destin : la justice tue!

2.Posté par Leuk le 19/01/2016 18:20
la justice entre guillemets

Nouveau commentaire :
Facebook Twitter


Dans la même rubrique :
< >