Connectez-vous S'inscrire
PRESSAFRIK.COM , L'info dans toute sa diversité (Liberté - Professionnalisme - Crédibilité)


PRESSAFRIK.COM , L'info dans toute sa diversité (Liberté - Professionnalisme - Crédibilité)



​ Coronavirus : les nouvelles mesures annoncées par Olivier Véran, Paris en zone d'alerte renforcée

Le ministre de la Santé et des Solidarités a tenu une conférence de presse ce mercredi 23 septembre 2020. Face à une "accélération de la circulation du virus" en France, Olivier Véran a prononcé des "mesures adaptées pour chaque territoire" et dévoilé la nouvelle carte des zones d'alerte dans les différents départements français. Paris et d'autres grandes villes sont en alerte renforcée, des nouvelles interdictions entreront en vigueur dès lundi 28 septembre 2020.



"La circulation du virus commence à augmenter fortement". Tel est le message transmis par Olivier Véran, ministre de la Santé et des Solidarités, lors de la conférence de presse point Covid-19 organisée ce mercredi 23 septembre 2020. Le ministre a évoqué "les mesures adaptées pour chaque territoire", et la stratégie du gouvernement pour lutter contre la propagation de l'épidémie de coronavirus, ainsi que la nouvelle carte des différentes zones d'alerte en France.
 
D'abord, le ministre de la Santé a évoqué l'augmentation significative de la circulation du virus dans les territoires. Il a indiqué que le "taux d'incidence est en hausse constante" et que le "taux de reproduction du virus reste au-dessus de 1". Aussi, le "taux de positivité des tests est de 6,14%", et que la part des patients Covid a "atteint 19% au niveau national". Sur la seule journée d'hier, il y aurait eu "plus de 600 admissions par jour à l'hôpital".
 
Dès lors, Olivier Véran a pris pour exemple la situation en Île-de-France, en précisant que le "système de santé est mis en tension", avec une part de patients Covid qui représente "4% de l'activité des urgences" dans la région. Un chiffre qui a "doublé" comme il le souligne. L'objectif du gouvernement est de "protéger nos hôpitaux et nos services de réanimation". 
 
Ensuite, le ministre de la Santé a présenté les différents indicateurs de l'épidémie qui permettent de classer les territoires. Le taux d'incidence qui mesure l'intensité de la circulation du virus, le taux d'incidence chez les personnes âgées, et la part de patients Covid dans les services de réanimation. En fonction de ces trois critères, chaque département se classe selon 4 catégories d'alerte. D'abord la zone d'alerte, en rose, puis la zone d'alerte renforcée en rouge, ensuite la zone d'alerte maximale en pourpre (ou "écarlate"), enfin l'Etat d'urgence sanitaire, en gris.
 
En ce sens, il a prononcé des nouvelles mesures restrictives dans les 69 départements classés en zone d'alerte renforcée. Paris et les départements de la petite couronne sont concernés. Une concertation menée par le préfet et les élus locaux doit avoir lieu dans les prochaines 48 heures pour adapter ces mesures. Une partie de ces mesures entre en vigueur samedi 26 septembre 2020, le reste dès le lundi 28 septembre 2020.
Aussi, le ministre de la Santé a appelé à "modifier nos comportements et nos habitudes" dans les métropoles concernées. Il a rappelé l'importance de limiter les contacts sociaux au maximum, avec une attention particulière aux personnes âgées. C'est une "vigilance de tous les instants" qui est exigée par le gouvernement, "compte tenu du risque" que représente le virus.
 
Dans le même temps, des villes comme Aix ou Marseille se retrouvent en zone d'alerte maximale. Ainsi, ces zones sont concernées par d'autres mesures, encore plus restrictives. Elles entreront en vigueur dès samedi 26 septembre 2020, avant une concertation entre le préfet et les élus locaux, comme pour les zones en alerte renforcée. Ces zones ont un taux d'incident supérieur à 250 cas positifs pour 100 000 personnes. Elles s'ajoutent aux autres mesures en vigueur dans les zones en alerte renforcée.
 
Enfin, Olivier Véran a évoqué la temporalité de ces mesures sanitaires restrictives. Il a précisé qu'elles n'étaient pas faites pour durer "plus de 2 semaines". Aussi, les enterrements ne sont pas concernés ces mesures, à l'inverse des mariages ou des réunions familiales. Pour soutenir les acteurs économiques touchés par ces mesures, l'Etat prévoit des nouvelles annonces concernant les aides et les mesures de soutien économique, comme l'exonération de charges sociales.

sortiraparis.com

Jeudi 24 Septembre 2020 - 09:13



Nouveau commentaire :
Facebook Twitter