Connectez-vous S'inscrire
PRESSAFRIK.COM , L'info dans toute sa diversité (Liberté - Professionnalisme - Crédibilité)


PRESSAFRIK.COM , L'info dans toute sa diversité (Liberté - Professionnalisme - Crédibilité)



​ #SessionOrdinaireAssembléeNationale : La députée de la diaspora Mame Diarra Fam veut une femme à la place Pape Diop



La députée de la diaspora, militante du Parti démocratique sénégalais (Pds), Mame Diarra Fam fait partie des femmes qui réclament la parité. Selon elle, le siège 8e vice-président de l’Assemblée nationale doit revenir à une femme comme le stipule la loi.

 «La majorité réclame la parité, c’est évident qu’elle le fasse parce que la parité a été mise sur pied par le président Abdoulaye Wade, donnée aux femmes et devrait être respectée », soutient-elle. Elle explique : «Je ne sais de quel parti on va donner raison, mais si c’est la majorité qui a proposée en premier, elle a choisi le président Moustapha Cissé Lô, comme premier vice-président. Vous allez compter jusqu’à huit (8) et le huitième poste revient à une dame».

La députée de poursuivre : « il était toujours évident qu’on donnait ce poste au président de Bokk Guis-guis, Pape Diop, sur la proposition de Abdoulaye Wade. Il le mérite. Mais si nous risquons de perdre le poste sur des faits raisonnables, il faudra donner ce poste à une dame. Je ne vois pas pourquoi on doit se chamailler pour des postes".  
Mame Diarra Fam est convaincue que ce que réclament les députées va passer car, selon elle, la majorité, elle est mécanique. 

Concernant le choix de Serigne Cheikh Mbacké pour remplacer Me Madické Niang à la tête du groupe parlementaire Liberté et Démocratie, la députée de l’extérieur de déclarer qu’ : «il n’est pas nécessaire d’être intellectuel pour occuper ce poste, il faut juste être opposant. Et, mon collègue Bara Doly peut bien occuper ce poste parce qu'il est un franc-politique ».
 
Mame Diara Fam s'est aussi prononcée sur la séparation de Mes Abdoulaye Wade et Madické Niang. La députée, qui a fait un vibrant témoignage sur l'ancien député. Les larmes aux yeux , elle avance : «c'est est un grand homme. C'est un fin politique».  Avant de conclure : «maudis à ceux qui ont voulu séparer Me Abdoulaye Wade et Madické Niang, maudis, s'ils ont réussi». 
 
 
 
 
 
 
 
 

Aminata Diouf

Vendredi 12 Octobre 2018 - 15:47



Nouveau commentaire :
Facebook Twitter