Connectez-vous S'inscrire
PRESSAFRIK.COM , L'info dans toute sa diversité (Liberté - Professionnalisme - Crédibilité)


PRESSAFRIK.COM , L'info dans toute sa diversité (Liberté - Professionnalisme - Crédibilité)



​Afrique du Sud: «les personnes corrompues seront jugées», promet Ramaphosa



En Afrique du Sud, Cyril Ramaphosa a marché dans les pas de Nelson Mandela, au Cap ce dimanche, lors des célébrations des 28 ans depuis la libération du père de la Nation. Il a assuré que « les discussions autour de la transition » politique seraient bientôt finalisées, peut être lundi, à l'issue d'une réunion spéciale du comité exécutif de l'ANC. La journée marquait aussi le coup d'envoi du centenaire de la naissance de Madiba cette année.

Cyril Ramaphosa est d'abord apparu, ce dimanche 11 février au matin, lors d’un service religieux. Il a pris part à une grande messe au sein de la cathédrale Saint-George du Cap. Son attitude était évidemment très scrutée pour cette première sortie publique, depuis le début des discussions avec Jacob Zuma en début de semaine. Cependant, Ramaphosa est apparu très détendu, le sourire aux lèvres, avant de recevoir la bénédiction du prêtre, aux côtés d’autres cadres de l’ANC.
 
On sait, pourtant, le président du parti sous pression. Les négociations avec Jacob Zuma semblent patiner et l’impatience grandit en Afrique du Sud. Cyril Ramaphosa, réputé bon négociateur, joue une partie serrée. En effet, pour que cette transition se passe bien, Jacob Zuma doit accepter de démissionner de lui-même, mais certaines de ses conditions semblent difficiles à remplir.
 
«Les personnes corrompues seront jugées»
 
Dans le cadre de cet hommage à Nelson Mandela, le vice-président sud-africain, Cyril Ramaphosa, a ensuite tenu un meeting au Cap, à la mi-journée, prenant la parole à l'endroit même où Nelson Mandela s'est adressé au peuple il y a 28 ans. Il a évoqué frontalement les négociations ouvertes avec Jacob Zuma : « Camarades, nous menons actuellement des discussions, autour d'une  transition vers une nouvelle administration et nous essayons spécifiquement de résoudre la question entourant la position du président de la République. C'est précisément ce à quoi les dirigeants du parti travaillent, avec comme objectif d'unir notre peuple ».
 
Cyril Ramaphosa a reconnu que son parti était en proie à la « désunion », il a « promis un nouveau départ » et a assuré que « les personnes corrompues seront jugées ».
 
« Alors que nous émergeons d’une période de difficultés, de désunion et de discorde », le centenaire de la naissance de Nelson Mandela, célébré cette année, « nous offre un nouveau départ », a-t-il déclaré. « Nous continuerons à combattre la corruption et à nous assurer que ceux qui sont corrompus et ont volé l’argent des pauvres sont jugés », a-t-il ajouté.
 
Le sort de Zuma peut-être tranché lundi
Le Comité exécutif de l'ANC est le seul organe du parti à pouvoir demander une destitution du chef de l'État et à pouvoir valider sa démission. Mercredi dernier, une réunion spéciale de cette instance avait été annulée à la dernière minute, laissant présager que la situation allait se régler rapidement, grâce au dialogue engagé entre Cyril Ramaphosa et Jacob Zuma. Finalement, le comité exécutif de l’ANC a été rappelé et doit donc se réunir lundi à Pretoria.
 
Les négociations avec Jacob Zuma semblent achopper sur les affaires judiciaires auxquelles le président doit faire face. La presse dominicale évoque par exemple une possibilité d’accord si le président accepte d’admettre certaines malversations. Bien entendu, tout cela reste au stade des suppositions et le départ de Jacob Zuma pourrait encore prendre quelque temps.


Rfi.fr

Dimanche 11 Février 2018 - 19:50



Nouveau commentaire :
Facebook Twitter


Dans la même rubrique :
< >

Lundi 22 Octobre 2018 - 16:08 Cameroun : Paul Biya réélu sans surprise