​Cameroun : une dizaine de morts dans un attentat-suicide au Nord

Au moins dix personnes ont été tuées dans un attentat-suicide dans la nuit de mercredi 29 juin au jeudi 30 juin dans la province de l’Extrême-Nord, dans une localité frontalière du Nigeria, a appris l’AFP de source sécuritaire.


L’attentat s’est produit à la frontière du Nigeria, dans la localité de Djanaka, aux environs de 21 heures, dans une salle de projection vidéo. «Un kamikaze [du groupe islamiste armé nigérian] Boko Haram s’est fait exploser dans la nuit», a indiqué à l’AFP une source s’exprimant sous couvert d’anonymat. L’information a été confirmée par une source proche des autorités de la région.

 «Sur le coup, sept personnes sont mortes, dont le kamikaze. Quatre blessés ont ensuite succombé à leurs blessures», a ajouté cette source sécuritaire. Selon elle, la plupart des victimes étaient des membres de comités de vigilance chargés de traquer les combattants de Boko Haram, affiliés depuis mars 2015 au groupe Etat islamique (EI).

Importants revers
 
C’est le premier attentat-suicide depuis plusieurs semaines dans cette région frontalière de la zone d’influence de Boko Haram au Nigeria.

Boko Haram, qui a subi d’importants revers ces derniers mois face aux offensives menées par les armées de plusieurs pays de la région, a multiplié les attentats-suicides, utilisant régulièrement des femmes et filles comme «kamikazes», au Nigeria, au Cameroun, au Tchad et au Niger.

Les attentats-suicides visent fréquemment des mosquées, des marchés populaires, des gares routières et des postes de contrôle. Plusieurs attaques ont également visé des camps de personnes déplacées par le conflit qui dure depuis 2009 et qui a fait 20 000 morts et 2,3 millions de réfugiés.


Source: LeMonde.fr