Connectez-vous S'inscrire
PRESSAFRIK.COM , L'info dans toute sa diversité (Liberté - Professionnalisme - Crédibilité)


PRESSAFRIK.COM , L'info dans toute sa diversité (Liberté - Professionnalisme - Crédibilité)



​Conférence sida: MSF dénonce un système d'action à deux vitesses en Afrique

La 21e Conférence mondiale sur le sida s'achève ce vendredi en Afrique du Sud. Toute la semaine, chercheurs, activistes et décideurs politiques ont discuté des progrès réalisés ces dernières années dans la lutte contre l'épidémie. Pourtant, les disparités restent énormes. L'ONG Médecins sans Frontières pointe notamment les grandes lacunes dans la prévention et la lutte contre le VIH en Afrique de l'Ouest et en Afrique centrale.



La prévalence de la maladie est de 2,3 % en Afrique de l’Ouest et en Afrique centrale, beaucoup moins qu'en Afrique australe. Du coup, la région est marginalisée et MSF n'hésite pas à dénoncer un système d'action à deux vitesses.
 
Ces dix dernières années, la question du VIH a largement été négligée en Afrique de l'Ouest et en Afrique centrale, pourtant le problème s'accentue, comme le confirme Mit Philips, conseillère médicale chez Médecins sans Frontières : « Il y a un manque de mobilisation et de volonté politiques. Il y a aussi un manque d’adaptation des services de santé aux besoins des patients. Il y a une très grande stigmatisation. Et la société civile, les associations de patients sont un peu isolées. Elles n’ont pas pu mettre à l’agenda le problème du VIH comme dans d’autres régions de l’Afrique. »
 
Les dépistages sont rares, et seuls 30 % de patients sont placés sous traitement. Dans l'hôpital géré par MSF à Kinshasa, un patient séropositif sur quatre meurt juste après son admission, 39 % d'entre eux dans les 24 heures. « Les gens atteints du sida nous arrivent dans des états très avancés de la maladie. Ils ont des infections opportunistes qu’on ne voit presque plus en Afrique australe, par exemple. Nos cliniciens qui travaillent dans les deux régions sont frappés par ce contraste », ajoute Mit Philips.
 
Des disparités choquantes pour Sharonann Lynch, conseillère VIH sida pour MSF : « On promet de placer 30 millions de personnes sous antirétroviraux d'ici 2020. Et devinez quoi ? Un tiers des personnes concernées vit en Afrique de l'Ouest et centrale. Alors, va-t-on enfin essayer de résorber les inégalités, entre ceux qui ont accès aux traitements, et ceux qui sont tout simplement négligés ? »
 
MSF espère qu'il y aura une prise de conscience rapide des décideurs.

Aminata Diouf

Vendredi 22 Juillet 2016 - 14:31



Nouveau commentaire :
Facebook Twitter


Dans la même rubrique :
< >