​Ethiopie : de faux aveux refusés contre une grâce

Des proches d'un journaliste emprisonné et de deux opposants ont déclaré avoir refusé de signer des aveux pour être graciés.


​Ethiopie : de faux aveux refusés contre une grâce
Le gouvernement a déclaré jeudi que plus de 400 prisonniers, dont beaucoup purgeaient des peines pour terrorisme, seraient graciés et libérés.

Mais ces libérations étaient soumises à des conditions. Car selon la femme du journaliste et bloggeur Eskinder Nega, une proposition lui a été faite à deux reprises pour signer des documents attestant que son mari était membre du Ginbot 7, un groupe considéré par le gouvernement comme une organisation terroriste.

Eskinder Nega a été condamné à 18 ans de prison en 2012 après avoir critiqué la loi antiterroriste du gouvernement éthiopien.