Connectez-vous S'inscrire
PRESSAFRIK.COM , L'info dans toute sa diversité (Liberté - Professionnalisme - Crédibilité)


PRESSAFRIK.COM , L'info dans toute sa diversité (Liberté - Professionnalisme - Crédibilité)



​Gambie: la nouvelle garde présidentielle prend forme

Un an après le départ de Yahya Jammeh de Gambie, les réformes du secteur de la sécurité démarrent tout juste. En ce qui concerne la sécurité du président Adama Barrow, elle est pour l'instant toujours assurée par les forces de la Micega, la mission de la Cédéao en Gambie, et notamment par des militaires sénégalais. Mais des Gambiens ont été récemment sélectionnés pour former la nouvelle garde présidentielle et prendre la relève.



La force de la Micega se prépare en effet à passer la main à une équipe gambienne, qui sera entraînée au Sénégal au cours de ce premier trimestre 2018. Selon le colonel Magatte Ndiaye, à la tête de la mission de la CEDEAO en Gambie, il est essentiel d'anticiper le départ de la force internationale : « Depuis longtemps nous avons intégré quelques éléments de la police, mais la protection rapprochée du président incombe à la force de la CEDEAO. Il a toujours été une priorité pour nous d'aider les forces de sécurité gambiennes à se réformer, à entraîner leurs hommes, de manière à pouvoir assurer leurs missions régaliennes et transférer progressivement les missions qui sont assumées aujourd'hui par la CEDEAO aux forces de défense et de sécurité gambiennes. »
Quelque 150 Gambiens ont déjà été sélectionnés pour former une force mixte composée de soldats, de policiers, d'agents des services de renseignement et même de civils.
Des profils longuement analysés, comme l'explique Foday Conta, porte-parole de la police. « On a organisé la sélection, les profils des candidats ont été passés au crible, pour qu'il n'y ait pas de mauvais éléments qui puissent approcher du président, mais seulement des gens qui soient très loyaux à l'État, au peuple gambien, et à la présidence », explique-t-il.
Une fois formés, ces Gambiens seront peu à peu incorporés dans la garde qui surveille le palais présidentiel et suit le chef de l'État lors de ses déplacements. Les soldats de la CEDEAO seront eux amenés à quitter le pays fin mai, si leur mandat n'est pas renouvelé.
 

RFI

Lundi 22 Janvier 2018 - 09:32



Nouveau commentaire :
Facebook Twitter


Dans la même rubrique :
< >

Lundi 22 Octobre 2018 - 16:08 Cameroun : Paul Biya réélu sans surprise