Connectez-vous S'inscrire
PRESSAFRIK.COM , L'info dans toute sa diversité (Liberté - Professionnalisme - Crédibilité)


PRESSAFRIK.COM , L'info dans toute sa diversité (Liberté - Professionnalisme - Crédibilité)



​Gauche-Droite en France: Hollande, l’Ante" Mitterrand croit-il lui aussi "Aux Forces De L'Esprit" ?



​Gauche-Droite en France: Hollande, l’Ante" Mitterrand croit-il lui aussi "Aux Forces De L'Esprit" ?
Les épreuves de l'année 2015 ("Charlie Hebdo", "Le Bataclan", les consultations électorales) ont au final et paradoxalement raffermi l'assise de François Hollande qui est parvenu à affaiblir Nicolas Sarkozy sur la scène politique française. Avec les régionales, le président français maintient la stratégie de la Gauche sous Mitterrand d'isoler la Droite. Les forces de l'esprit flottent ainsi au pays de Marianne, en cette fin d'année.

L’immixtion du président François Hollande et le traditionnel appel en faveur du candidat «Les Républicains» de la Droite pour barrer la route à l’Extrême-droite d’avant les départementales d’avril se vérifieront finalement le 12 décembre avec la défaite du clan Le Pen & C° au Nord (Paca) et au Sud (Nice) principalement,  durant les régionales. Ce cadeau empoisonné permet de secouer un dogmatique Nicolas Sarkozy spécialisé dans  le «ni-ni» qui a déstabilisé son parti avec la désapprobation de NKM-Nathalie Kosciusko-Morizet- (limogée du poste de numéro 2, «suite à une série de tensions et d’échanges vifs concernant la ligne», selon ses propres termes) et de l'ancien Premier ministre de Jacques Chirac, Jean-Pierre Raffarin,  essentiellement. Pourtant,  les ukases du chef de file des «Républicains» reposaient sur une stratégie développée en vue de la présidentielle de 2012 où le président "bling-bling" se voyait déjà seul en haut de l'affiche au second tour avec Marine Le Pen, pour bénéficier de l’effet Jacques Chirac face au père géniteur et fondateur en 2002 (1).

 La position défendue par François Hollande en avril et réitérée en décembre ont donc eu raison de la Droite de l’Extrême Droite et elles reprennent à rebrousse-poil la stratégie de la Gauche d’éliminer la Droite par la loi de 1984.  "L’évolution du Front national dans une France de gauche se renforce en effet par la compréhension mitterrandienne d' "empoisonner la Droite en faisant voter en 1984 la loi sur le scrutin proportionnel déjà contenue  dans les propositions du candidat de 1981» (Michel-Antoine Burnier, 2011). L’éparpillement des voix par segmentations du vote casse ainsi le traditionnel binôme politique gauche-droite qui marque généralement la vie politique. Ainsi, non seulement Jean-Marie Le Pen passe de l’unité (un pourcent) à la dizaine (11%), mais, effet boomerang, la Gauche perd au change, comme le notait déjà le journal "La Croix" du 26 juin 2013 : «Depuis 2012, des législatives partielles néfastes à la gauche" ; l’auteur écrit : «Huit élections législatives partielles se sont déroulées depuis le renouvellement de l’Assemblée nationale en juin 2012. Elles traduisent une chute des scores des candidats soutenus par le PS, confirmant l’insatisfaction vis-à-vis de la politique conduite par la majorité de gauche. Mais cette insatisfaction ne profite que marginalement au Front de Gauche de Jean-Luc Mélenchon". Ajoutez-y les Européennes, les Départementales et les récentes Régionales pour comprendre comment, avec le désistement préconisé, le parti au pouvoir est parvenu à freiner l'antipathie de l'électeur pour le candidat socialiste,  tout en restant dans la logique mitterrandienne "d'empoisonner la Droite".

 François Hollande termine ainsi une année difficile enfantée dans une douleur, qui s'est poursuivie après janvier : le massacre du 13 novembre dernier est en effet sans commune mesure avec l'affaire "Charlie Hebdo" du 9 janvier ; il avait mobilisé la France mais pas consolidé le siège éjectable sur lequel le président est mal assis dans les sondages ante. Avant d'entamer "La Marseillaise" dans son discours de fin d'année comme il en a pris le pli ces derniers temps, Hollande aura sans doute une pensée pieuse pour son pesant prédécesseur ; ira-t-il jusqu'au bout ? "Je crois aux forces de l'esprit et je ne vous quitterai pas. Je forme ce soir des vœux pour vous tous en m'adressant d'abord à ceux qui souffrent, à ceux qui sont seuls, à ceux qui sont loin de chez eux. Bonne année et longue vie. Vive la République. Vive la France". (François Mitterrand, 31 décembre 1994). 

Pathé MBODJE, M. Sc, Journaliste, sociologue

 


Vendredi 18 Décembre 2015 - 13:38



Nouveau commentaire :
Facebook Twitter


Dans la même rubrique :
< >

Jeudi 18 Avril 2019 - 14:13 L’Appel de Diamniadio