Connectez-vous S'inscrire
PRESSAFRIK.COM , L'info dans toute sa diversité (Liberté - Professionnalisme - Crédibilité)


PRESSAFRIK.COM , L'info dans toute sa diversité (Liberté - Professionnalisme - Crédibilité)



​Journée d'échanges scientifiques : la gouvernance des ressources pétrolières et gazières au menu des débats



Le lancement du réseau sénégalais de Think Tanks « SenRTT », sous le thème « Gouvernance des ressources pétrolières et gazières : état du débat et perspectives », ce mardi a été une occasion pour les parlementaires, hommes politiques, universitaires, juristes, experts de la société civile..., d'échanger sur la répartition des ressources publiques, contenu local et la gestion des impacts environnementaux des exploitations du pétrole et du gaz.
 
Selon le représentant du ministre des Énergies et du Pétrole, « l'État du Sénégal a déjà formulé une proposition de répartition des ressources du pétrole et du gaz lors des concertations tenues en 2018. Il s'agit d'insérer une partie dans le budget de l'État, de créer un fonds de stabilisation et de constituer un fonds intergénérationnel ».
 
Il doit ressortir de cette journée de réflexion, l'identification des questions de recherches pertinentes abordées par les Think Tanks, pour penser des politiques éclairées par des données probantes, une note de politique à l’intention des décideurs, le lancement officiel du Réseau.
 
« C’est nécessaire de bien organiser la répartition, l’utilisation des revenus, les ressources pétrolières et gazières, par définition utilisable et volatil. Donc, il nous faut avoir des mécanismes qui permettent en cas de volatilités de ne pas se retrouver dans la même situation que les pays comme le Tchad et le Venezuela. Maintenant de combien de pour cent des revenus faudrait-il doter. On parle de 5%, faudrait peut-être doter d’un peu plus. Peut-être 10% pour avoir un matelas de sécurité plus important. Il y a aussi le fait de consacrer une partie des revenus pétrolières-gazières aux fonds souverains intergénérationnel », a indiqué Fary Ndao panéliste.
 
Selon lui, « il y a effectivement du retard dans la gestion des textes réglementaires, notamment le code de l’environnement qui va encadrer l'activité environnementale. Le mal se situe entre les moyens qui sont alloués aux services environnementaux de l’Etat du Sénégal qui vont sur le terrain pour appliquer ces directions définies dans le droit ».
 
Cette journée scientifique marque le lancement des activités du Réseau sénégalais du Think Tank, dont l'un des buts fondamentaux est de coordonner et  de diversifier les productions de connaissances et de contribuer au dialogue multi-acteurs, gage d'une gestion durable des ressources naturelles.
 



Mardi 4 Février 2020 - 13:14



Nouveau commentaire :
Facebook Twitter