Connectez-vous S'inscrire
PRESSAFRIK.COM , L'info dans toute sa diversité (Liberté - Professionnalisme - Crédibilité)


PRESSAFRIK.COM , L'info dans toute sa diversité (Liberté - Professionnalisme - Crédibilité)



​Khalifa Diagne :"La baisse des prix des tickets impacte négativement sur les finances du Coud"



​Khalifa Diagne :"La baisse des prix des tickets impacte négativement sur les finances du Coud"
L’université Cheikh Anta Diop de Dakar (Ucad) risque de connaître le même sort que l’Université Gaston berger (UGB)  de Saint-Louis, si rien n’est fait. En effet, le Centre des Œuvres universitaires des Dakar (Coud) doit une dette de plus de 6 milliards de F Cfa aux repreneurs. Une situation causée, selon Khalifa Diagne, par la décision prise par le président de la République, Macky Sall, de baisser les tickets de restauration suite au décès de l'étudiant Fallou Sène, tué par balle lors des affrontements avec les forces de l'ordre, le 15 mai dernier à Saint-Louis. 
 
 «Quand il y a eu la baisse des tickets, le taux de fréquentation a considérablement augmenté. Evidemment ça impacte nos recettes internes et ça nécessite de revoir la subvention octroyée au Coud notamment dans le domaine de la restauration universitaire», avance le chef du Département gestion des cités universitaires.

 Il rappelle qu‘à l’Ucad, «c’est entre 80 000 et 100 000 étudiants qui sont tous bénéficiaires des œuvres c’est-à-dire qui ont accès à la restauration universitaire avec des coups moindres et avec 250 F Cfa on peut prendre tous les repas quotidiens».
 
L’invité de l’émission Rfm soir d’expliquer que: «la restauration universitaire à Dakar coûte environ 80 millions F Cfa par jour. Nous nous sommes rendu compte que les repreneurs nous réclamaient des arriérées qui pourraient être estimés entre 6 et 7 milliards de F Cfa ».

M. Diagne précise que : «nous avons un système de gestion privée des restaurants universitaires et chaque 10 jours les repreneurs nous présentent des factures que nous devons honorer.» Mais, reconnait-t-il, « il arrive que ces factures s’accumulent et qu’on soit confronté à des problèmes budgétaires».



 

Aminata Diouf

Vendredi 9 Novembre 2018 - 10:42



Nouveau commentaire :
Facebook Twitter