Connectez-vous S'inscrire
PRESSAFRIK.COM , L'info dans toute sa diversité (Liberté - Professionnalisme - Crédibilité)


PRESSAFRIK.COM , L'info dans toute sa diversité (Liberté - Professionnalisme - Crédibilité)



​La RADDHO sur le procès Hissein Habré: «C’est un jour historique»



Le Secrétaire général de la Rencontre Africaine de Défense des Droits l’Homme (RADDHO) était aux premières loges à l’ouverture du procès de l’ancien président du Tchad, Hissein Habré. Aboubacry Mbodj parle de « jour historique ».
Le défenseur des droits de l’homme est interrogé par Pressafrik.com. «Aujourd’hui, nous considérons que c’est un procès qui marque un jour historique pour le Sénégal et tous les Africains parce que c’est la première fois dans l’histoire du continent Africain qu’un Etat Africain juge le président d’un autre Etat Africain. Il est arrivé que les Etats jugent leur président comme au Mali, dans d’autres pays…


Deuxièmement, nous considérons également que c’est une journée de satisfaction pour les victimes qui ont œuvré pour que la lumière soit faite sur toutes les exactions, les crimes graves tels que les crimes contre l’humanité, les crimes de tortures qui sont reprochés à Hissein Habré », réagit Aboubacry Mbodj. Selon lui: «Aujourd’hui, on peut dire que pour les victimes aussi bien pour les organisations de défense des droits de l’homme, c’est un grand jour. C’est un jour qui constitue également le point de départ d’un procès que nous souhaitons être un procès équitable et qu’à la fin, quel que soit le verdict, il y a un avertissement solennel à tous les chefs d’Etat Africains que l’impunité commence à être combattue, de la façon la plus raisonnable par une décision de Justice ».

 
S’agissant de la stratégie d’Hissein Habré de ne pas comparaître, le droit de l’hommiste précise: « Compte tenu du caractère du Tribunal qui a été mis en place, qui est un tribunal ad hoc qu’on appelle Chambres Africaines Extraordinaires (CAE)  avec la loi du Sénégal ayant une compétence universelle et l’accord signée avec l’Union Africaine, c’est un tribunal qui a prévu tous ses cas de figures, qui montre que le fait que l’accusé ne puisse pas même se présenter ou bien refuser de parler, ne pourrait pas constituer une vérité. Cela ne saurait être aujourd’hui porter atteinte au caractère équitable d’un procès.



Pour nous, nous sommes très satisfaits qu’il réponde parce que le fait de ne pas répondre peut être considéré comme un choix, une défense. Maintenant, il est libre de voir lui, quelle attitude, il faut adopter, nous aurions souhaité qu’il soit présent parce que non seulement il va se défendre…mais également, il pourra même faire des révélations sur d’autres personnes qui sont impliquées dans les massacres qui lui sont reprochés ». «Si demain M. Déby quitte le pouvoir et que les victimes saisissent la Justice, il va répondre de ses actes au même titre qu’Habré», formule par ailleurs Aboubacry Mbodj. 


Lundi 20 Juillet 2015 - 18:45



Nouveau commentaire :
Facebook Twitter