​Libye: Tripoli à nouveau secouée par des combats

En Libye, de violents combats ont éclaté, ce dimanche, à Garabolli, dans la banlieue de Tripoli. Une fois de plus, des forces rivales au gouvernement d'union nationale tentent de revenir dans la capitale libyenne sans y parvenir.



Il y a quelques jours, Fayez al-Sarraj, le Premier ministre libyen, a dit craindre une contre-offensive de la part des forces dirigées par Khalifa Ghweil. Déjà, en mai dernier, ces milices avaient tiré sur le convoi du Premier ministre entrainant des combats contre les forces fidèles au gouvernement. Les islamistes avaient finalement été chassés de Tripoli.
 
Khalifa Ghweil a dirigé le gouvernement « de salut national » jusqu'au 31 mars 2016, date de l'arrivée à Tripoli du gouvernement d'union nationale soutenu par la communauté internationale. Placé au pouvoir par les milices islamistes de Fajr Libya (L'Aube de la Libye), qui ont envahi la capitale en 2014, Ghweil n'a jamais voulu vraiment renoncer au pouvoir et n'a jamais reconnu le gouvernement de Sarraj.
 
Les forces qui lui sont fidèles ont fait durant les derniers mois plusieurs opérations spectaculaires dans la capitale, comme l'occupation de plusieurs ministères. Elles menacent systématiquement de faire partir l’actuel gouvernement par voie de mer, exactement comme il est arrivé.
 
Ce dimanche, une nouvelle fois, ces milices ont donc tenté de revenir à Tripoli. Mais les forces fidèles au gouvernement d'union ont fermé la route côtière à l'entrée de la capitale érigeant un barrage avec des sacs de sable.
 
Ces nouveaux combats exaspèrent les Tripolitains qui n'ont droit qu'à deux heures d'électricité par jour alors que la température atteint 40 degrés. Face à cette nouvelle recrudescence de violence, la Mission de l'ONU en Libye a exprimé sa forte préoccupation. « Il n'est pas acceptable de toucher à la sécurité de la capitale », a twitté la mission onusienne.

rfi.fr

Lundi 10 Juillet 2017 - 15:47



Nouveau commentaire :
Facebook Twitter