​Mort du pèlerin Bissau-guinéen : L’Amnesty dénonce l’utilisation des armes à feu

Le directeur exécutif d’Amnesty International Sénégal a accusé la Douane sénégalaise d’être à l’origine de la mort du pèlerin Bissau-guinéen. Sur ce, Seydi Gassama a également soutenu que c'est la mauvaise utilisation des armes à feu par les soldats de l’économie qui a viré au drame.



​Mort du pèlerin Bissau-guinéen : L’Amnesty dénonce l’utilisation des armes à feu
La disparition du pèlerin Bissau-guinéen Abdoulaye Baldé a défrayé la chronique. A cet effet, le directeur exécutif d’Amnesty International Sénégal, Seydi Gassama s’est prononcé lundi sur cet incident survenu à la frontière  entre le Sénégal et la Guinée qui a fini par engendrer une mort d’homme.

Ainsi M. Gassama pointe du doigt la Douane sénégalaise qui serait à l’origine de la mort du jeune pèlerin  Bissau-guinéen Abdoulaye Baldé pour une mauvaise utilisation  des armes à feu. «En tout état de cause on ne peut pas parler de tirs de sommation. Nous estimons qu’il y a eu une fois encore, une mauvaise utilisation des armes à feu, comme ce fut le cas à Kédougou par les soldats de l’économie», a-t-il déclaré.

Il poursuit : «une enquête doit être ouverte afin de trouver le responsable pour le traduire en justice. La Douane est de plus en plus sellette. Car au niveau des frontières, les douaniers utilisent des armes. Et cela cause souvent des pertes de vies humaines».

Selon lui, le Commandant de la douane doit revoir la façon avec laquelle ses éléments utilisent les armes à feu, surtout au niveau des frontières. Car pour lui ces évènements peuvent dégénérer en conflits entre deux populations situées des deux côtés de la frontière.

A l’en croire, les taxes doivent être supprimées dans l’espace de la Cedeao pour assurer la libre circulation des personnes et des marchandises.

Aida Ndiaye (Stagiaire)

Mardi 13 Février 2018 - 12:17



Nouveau commentaire :
Facebook Twitter