Connectez-vous S'inscrire
PRESSAFRIK.COM , L'info dans toute sa diversité (Liberté - Professionnalisme - Crédibilité)


PRESSAFRIK.COM , L'info dans toute sa diversité (Liberté - Professionnalisme - Crédibilité)



​ONU: les grandes lignes du discours du président Abbas devant le Conseil des droits de l’homme



​ONU: les grandes lignes du discours du président Abbas devant le Conseil des droits de l’homme
Lors de son discours (plus de 40 minutes) au Conseil des Droits de l’Homme des Nations-Unies à Genève, ce mardi 27 octobre, «et face à la poursuite des crimes israéliens contre le peuple palestinien et ses enfants», le Président Mahmoud Abbas a voulu, «à nouveau, tirer la sonnette d’alarme en s’adressant solennellement à la Communauté internationale» qui «doit assumer ses responsabilités avant qu’il ne soit trop tard».
Le Président Mahmoud Abbas a demandé haut et fort, la mise en place d’urgence d’un «régime spécial de protection pour le peuple palestinien, qui doit subir la terreur quotidienne des exécutions sauvages de nos enfants et les agressions barbares commises par l’armée d’occupation israélienne et les colons. Ces crimes ont coûté la vie à plus de 67 martyrs, dont 14 enfants et ont blessé des milliers de personnes depuis le début de ce mois».


«Le gouvernement et l’Armée israélienne sont entièrement responsables des évènements qui agitent le territoire palestinien occupé, et des agressions généralisées dont souffre notre peuple. L’armée d’occupation israélienne continue de protéger et d’encadrer les colons israéliens dans leurs agressions systématiques des sites religieux palestiniens, chrétiens et musulmans. Le peuple palestinien se révolte contre cette occupation, conséquence de l’étau qu’elle subit chaque jour : le doublement des colonies, les constructions illicites sous la mosquée Al-Aqsa, l’édification d’un mur pour aliéner les quartiers palestiniens, les exécutions extrajudiciaires…», souligne le communiqué parvenu à Pressafrik.com.

 
Le Président palestinien a mis en garde et s’est élevé contre «toute tentative de remise en cause du statu quo de 1967, qui pourrait avoir de très graves conséquences. Cela risquerait de transformer ce conflit politique en un conflit religieux». Le Président Mahmoud Abbas a alors exhorté l’ONU, «à prendre des mesures concrètes et pratiques afin de faire appliquer le Droit internationale et toutes les résolutions adoptées ces dernières années». «Le temps n’est-il pas venu pour la communauté internationale de cesser de parler de la cause palestinienne, et de prendre enfin des mesures pratiques, et de lancer des procédures qui iraient dans le sens de la justice ?», pose-t-il en ajoutant : «Nous avons vécu 70 années de souffrance, d’injustice et de perpétuation (…) de la plus longue occupation de l‘histoire moderne, c’est assez !».


Puis il a insisté sur le fait que: «Nous n’aurons pas la sécurité et la stabilité tant que l’occupation israélienne continuera et tant que la Palestine n’aura pas son indépendance avec Jérusalem-Est pour capitale, dans le respect des frontières de 1967». Ce, tout en rappelant au passage que «les accords d’Oslo n’avait plus de valeur puisqu’Israël ne les respectait pas, pour enfin conclure : «Nous réclamons l’unité de notre terre et de notre peuple, nous refusons toute autre solution, intérimaire ou partielle». Faisant ainsi «référence à notre refus de toutes les tentatives d’imposer de fausses solutions, partielles ou temporaires, tel un micro-état à Gaza et visant à diviser la partie palestinienne».


Vendredi 30 Octobre 2015 - 10:52


div id="taboola-below-article-thumbnails">

Nouveau commentaire :
Facebook Twitter