Connectez-vous S'inscrire
PRESSAFRIK.COM , L'info dans toute sa diversité (Liberté - Professionnalisme - Crédibilité)


PRESSAFRIK.COM , L'info dans toute sa diversité (Liberté - Professionnalisme - Crédibilité)



​RCA: l’assassin du colonel Mambeka identifié par l'ONU

En République centrafricaine, un colonel de l'armée était tué par balles par deux hommes circulant sur une moto le 4 octobre dans la capitale, un incident qui avait entraîné un regain de tensions et de violences à Bangui où on avait alors dénombré au moins huit morts. Selon une information de RFI, l'enquête sur cet assassinat a beaucoup avancé, mais l'homme qui jouirait de la protection de groupes d'auto-défense n'a pas pu être arrêté jusqu'ici.



La Minusca serait parvenue à identifier l'un des assassins du colonel Mambeka début octobre, selon une source de RFI. Mais il n'a pas pu être arrêté jusqu'ici car cet homme aurait trouvé refuge en plein cœur du quartier PK5 de Bangui, où il jouit de la protection des milices d'auto-défense. Sa cachette n'a pas encore été localisée avec précision, mais les casques bleus de l'ONU ont pu circonscrire une petite zone où il serait caché, selon notre source. Et de préciser que « nos hommes sont sur place et ils surveillent les va-et-vient ». En espérant qu'il ne passera pas entre les mailles du filet.
 
Plus de deux semaines après cet assassinat, des tensions persistent toujours après la flambée de violence qui a suivi la mort du colonel Mambeka. Au moins deux musulmans auraient été tués dans des actes de représailles selon des sources sur place.
 
La Minusca est donc attendue au tournant. La population et même le gouvernement centrafricain lui ont demandé une nouvelle fois depuis cet incident de mettre hors d'état de nuire les fauteurs de trouble du PK5.
 
La mission de l'ONU en Centrafrique, elle, se veut rassurante, en rappelant qu'elle est toujours intervenue à chaque fois qu'il y avait un problème. Quant à l'assassin présumé du colonel Mambeka, la Minusca tente aujourd'hui d'obtenir la collaboration de groupes locaux d'auto-défense qui se rejettent la responsabilité, alors qu'elle ne peut pas intervenir militairement dans cette zone densément peuplée.

Rfi.fr

Vendredi 21 Octobre 2016 - 08:48



Nouveau commentaire :
Facebook Twitter