PRESSAFRIK.COM , L'info dans toute sa diversité (Liberté - Professionnalisme - Crédibilité)



PRESSAFRIK.COM , L'info dans toute sa diversité (Liberté - Professionnalisme - Crédibilité)




​RDC: Kabila salue un accord historique selon Vital Kamerhe

Joseph Kabila salue le contenu de l’accord issu du dialogue politique en République démocratique du Congo. Le chef de l'Etat demande la mise en place d'un comité de suivi de cet accord dans les 48 heures. Le texte prévoit le report de la présidentielle au mieux en avril 2018. Joseph Kabila, qui doit rester au pouvoir jusqu'à cette date, a reçu lundi 24 octobre les représentants des délégations de la majorité et de l'opposition qui ont participé au dialogue, accompagné du facilitateur, Edem Kodjo.



Selon Vital Kamerhe, Joseph Kabila a parlé d'un accord historique. Il en a d’ailleurs fait une feuille de route qu'il faudra appliquer scrupuleusement. Il n'est donc pas question d'un deuxième dialogue.
 
Les participants au dialogue de la cité de l'Union africaine ont de ce fait été chargés de battre campagne pour persuader ceux qui étaient absents à ces assises afin qu'ils adhèrent à l'accord. Peut-on espérer que le président Kabila quittera le pouvoir en 2018 ? Réponse du président de l'Union pour la nation congolaise (UNC), Vital Kamerhe : « Il a dit essentiellement que l’accord est fait pour organiser les élections. Je crois que la preuve est, qu’il nous a dit que pour lui, le préavis est zéro. »
 
Désigner un Premier ministre
 
La majorité et l'opposition au dialogue national se sont accordées pour mettre en place un gouvernement d'une union nationale. Qu'en est-il de ce gouvernement à deux semaines de la fin du délai ? « Je crois que la première chose qui sera faite est la désignation du Premier ministre pour former un gouvernement », avance Vital Kamerhe. Quant à savoir qui serait ce dernier, « c'est le moindre de nos soucis pour le moment » assure Vital Kamerhe.
 
Dans l'entretemps, le mouvement citoyen Lucha exige qu'à la fin de son mandat le 19 décembre, le président Kabila remette le pouvoir au président du Sénat, Léon Kengo wa Dondo, pour organiser la transition.
 
De son côté, le rassemblement de l'opposition exige un autre dialogue, plus inclusif. Cette démarche est appuyée par la conférence épiscopale et par d'autres partenaires au sein de la communauté internationale.
 

Rfi.fr

Mardi 25 Octobre 2016 - 10:42



Nouveau commentaire :
Facebook Twitter