Connectez-vous S'inscrire
PRESSAFRIK.COM , L'info dans toute sa diversité (Liberté - Professionnalisme - Crédibilité)


PRESSAFRIK.COM , L'info dans toute sa diversité (Liberté - Professionnalisme - Crédibilité)



​RDC: le gouvernement fustige une nouvelle fois les ingérences internationales

En République démocratique du Congo, le porte-parole du gouvernement ne mâche pas ses mots à l'égard des partenaires occidentaux. Lors d'une conférence de presse ce jeudi 7 juillet, Lambert Mende a eu des mots très durs en réponse aux accusations qui se sont multipliées récemment.



Qu’il s’agisse des critiques sur la situation des droits de l'homme dans le pays, ou encore des sanctions prises par les Etats-Unis contre le chef de la police de Kinshasa, Lambert Mende n’hésite pas à parler d'une nouvelle chicote coloniale, de racisme et d'impérialisme.
 
«Notre pays, la République démocratique du Congo, est devenu un point de cristallisation pour tous ceux qui dans l’hémisphère nord de notre planète se sont donné, on ne sait trop sur quel principe, un rôle de régulateur de la vie des nations, foulant aux pieds le principe fondamental de l’autodétermination des peuples, qui constitue le socle du droit international et de la démocratie qu’ils prétendent promouvoir. Le président de la République, Joseph Kabila, a dit dans son message du 30 juin, notre refus de nous voir ces jours-ci inondés par une véritable avalanche de prétentions impérialistes de la part de proconsuls autoproclamés qui, de Washington à Bruxelles, en passant par d’autres capitales occidentales, prennent prétexte des difficultés des divergences internes autour du processus électoral de 2016 dans notre pays pour mettre littéralement le grappin sur nous en essayant avec une témérité frisant le racisme de faire marcher à reculons le train de l’histoire. Comme si les 70 millions de Congolais que nous sommes n’avions pas nos propres intérêts nationaux », a déclaré Lambert Mende.
 
Le porte-parole du gouvernement s'en est aussi également violemment pris à Moïse Katumbi, demandant au candidat à la présidentielle de se défendre devant la justice et non dans les médias. Lambert Mende a également affirmé que l'ancien gouverneur du Katanga devait retourner sur les bancs de l'école, car il ne connait rien au fonctionnement des institutions, aux lois ou à la Constitution.
 
Lambert Mende a enfin remercié le bureau conjoint des Nations unies aux droits de l'homme pour son offre de soutien à l'enquête relatif à la découverte de six corps avec signes de violence dans la rivière Ndjili, mais le ministre de la Communication a estimé que ce partenaire serait plus efficace s’« il cessait d'affaiblir les forces de sécurité par des campagnes infamantes».


Source: Rfi.fr

Aminata Diouf

Jeudi 7 Juillet 2016 - 17:54



Nouveau commentaire :
Facebook Twitter


Dans la même rubrique :
< >