PRESSAFRIK.COM , L'info dans toute sa diversité (Liberté - Professionnalisme - Crédibilité)



PRESSAFRIK.COM , L'info dans toute sa diversité (Liberté - Professionnalisme - Crédibilité)




​REVUE DE PRESSE DU MARDI 12 JUILLET 2016 :



Le protocole de Rebeus, l’arrestation de « Boy Djinné », le différend entre l’artiste Wally Seck et des promoteurs de spectacles, sont les principaux sujets à la UNE des journaux.
 
Pour le protocole de Rebeus, Me Ousmane Seye qui affirme que cela existe bel et bien est invité par Thierno Bocoum de Rewmi dans le QUOTIDIEN de publier ce protocole « s’il souhaite sortir du lot des manipulateurs attitrés et recrutés pour mettre en exécution un gigantesque complot d’Etat ».
 
Dans l’AS, Me Pape Sambaré Diop interpellé par Me Ousmane Seye, demande à ce dernier de présenter « ce document que je lui ai délivré et on en finirait au lieu de laisser traîner cette affaire ». Il ajoute que « s’il ne le fait pas, c’est parce que qu’il n’a rien en sa possession ».
 
Dans LIBÉRATION, la notaire Me Nafissatou Diop soutient pour sa part l’existence « d’un document financier même si on ne saurait le présenter comme un protocole ou une convention. C’était un engagement qui liait deux personnes à travers leurs mandataires ». Me Nafissatou Diop explique que « Wade et Idrissa Seck cherchaient un règlement financier à un différend financier. Ce règlement financier a-t-il abouti ? Voilà où se trouve la question ».
 
En tout cas pour le protocole de Rebeus ou celui de Doha (entre
Macky Sall et Karim Wade), SUDQUOTIDIEN informe que « la société civile exige la lumière ». Amnesty International section Sénégal, la Raddho et le Forum du justiciable soutiennent que le procureur doit se saisir de l’affaire du protocole de Rebeus après la sortie de Me Ousmane Seye. Dans SUDQUOTIDIEN toujours, un professeur de droit pénal qui a gardé l’anonymat explique qu’après les révélations de Me Seye, « le procureur peut ouvrir une information par réquisitoire adressée au juge d’instruction dans la mesure où l’affaire n’a jamais été jugée même s’il y a un « non-lieu total » pour l’ancien maire de Thiès après instruction.
 
Quelqu’un qui sera jugé prochainement c’est Baye Modou Fall dit « Boy Djinné ». WALFQUOTIDIEN informe dans cette affaire que « le procureur a ordonné un complément d’enquête en attendant le mandat de dépôt ». Le journal parle au moins de cinq chefs d’inculpations qui pèsent sur la tête de Baye Modou Fall : évasions multiples, vols aggravés, associations de malfaiteurs, blanchiment de capitaux, faux et usage de faux.
 
Dans la TRIBUNE, on raconte que « Boy Djinné » est perdu par son outrecuidance. A en croire les autorités policières en conférence de presse hier, Baye Modou Fall s’est rendu en Sierra-Léone pour des affaires (sans des précisions sur la nature de ces affaires), puis en Guinée-Conakry. Son objectif était de rallier la Gambie via le Sénégal après avoir récupéré sa bagnole en Guinée-Conakry.
 
Dans l’OBS, sa mère déclare qu’elle a bradé tous ses biens pour que son fils reste sur le droit chemin. Elle a fait le tour de plusieurs marabouts, des foyers religieux en vain. Aujourd’hui, elle se met à genoux et demande assistance au Tout-puissant.
 
Les autres sujets de l’actualité, dans le SOLEIL on annonce la satisfaction du ministre de l’agriculture sur le processus de distribution et de la mise en place des semences d’arachide certifiées et d’engrais. Papa Abdoulaye Seck annonce que chaque année le gouvernement compte mettre en place 20 500 unités de matériel de culture attelé.
Dans le domaine du Transport aérien, « Ethiopian Airlines annonce des vols quotidiens à partir et vers Dakar à compter de juillet ». L’information est dans le SOLEIL où la compagnie explique que « Dakar, la capitale sénégalaise sera désormais reliée quotidiennement à plus de 95 destinations via Addis-Abeba, capitale de l’Ethiopie ».
 
Dans le domaine de l’éducation, retenez avec le POP que pour le bac qui a débuté hier sur l’ensemble du territoire national, les candidats jugent les sujets assez complexes. Pour les littéraires, les sujets ont tourné autour de l’immigration et du terrorisme. Côté organisation, le journal parle de beaucoup d’absences chez les surveillants.
 
A la UNE de DIRECT INFO on se pose une question : la Cour des comptes est-elle outillée en technique comptable et financière ? Le journal apporte la réponse : le rapport de la Cour des comptes est sujet à de multiples controverses qui ont pour origine la non maîtrise des techniques comptables et financières par ses magistrats qui exercent un contrôle de légalité.
 
Enfin le différend entre l’artiste Wally Seck et les promoteurs de son spectacle de Bercy à la UNE des journaux ENQUÊTE et TÉMOIN. On apprend entre autres la perte des organisateurs qui n’ont vendu que 6350 billets et délivré plus de 800 invitations. Aussi l’artiste a reçu une mise en demeure pour donner le nom de l’organisateur de sa deuxième soirée à Paris qui n’était pas dans le contrat avec les organisateurs qui l’ont amené à Bercy. 


Mardi 12 Juillet 2016 - 14:36



Nouveau commentaire :
Facebook Twitter


Dans la même rubrique :
< >

Mardi 18 Septembre 2018 - 15:20 Le cannabis privé légalisé en Afrique du Sud