Autres

    Sommé de payer 100 millions à un concurrent, Sidy Lamine Niasse crie à la « mise en péril du Groupe Walf Fadjri »

    Le 17 septembre 2013, le tribunal correctionnel de Dakar a rendu un verdict scandaleux et surprenant. Lequel arrêt constitue surtout un précédent dangereux pour toutes les entreprises de presse au Sénégal et, par conséquent, pour la liberté de presse. Car, par cet arrêt pouvant faire jurisprudence, toutes les entreprises de presse du Sénégal sont désormais menacées de fermeture pour  le seul délit de diffamation.

    Il s’est passé que le 17 septembre 2013, le tribunal correctionnel de Dakar, statuant dans une affaire de diffamation opposant le défunt quotidien Wal Fadjri Grand Place et la société EXCAF TELECOM, a condamné le groupe éditeur de ce quotidien, à savoir le Groupe Wal Fadjri, considéré comme civilement responsable, à payer à la partie plaignante 100.000.000 (cent millions) de francs Cfa à titre de dommages-intérêts. Et le juge d’ordonner l’exécution provisoire du jugement sur la totalité du montant de la condamnation (100.000.000 francs Cfa). Une « condamnation à la  fermeture pure et simple » du groupe selon le Président Directeur Général (PDG) Sidy Lamine Niasse qui dénonce.

    « De mémoire de juriste fréquentant les prétoires du Sénégal, on n’avait jamais vu une condamnation pécuniaire aussi élevée pour diffamation, qui plus est assortie d’une exécution provisoire. En d’autres termes, les juges condamnent le groupe Wal Fadjri à la fermeture pure et simple » avant de revenir sur les sources du problème.

    « La société EXCAF TELECOM, la partie plaignante, qui évolue dans le secteur de l’audiovisuel, s’est subitement lancée dans l’importation et la distribution de produits aphrodisiaques : « TIGER KING» débaptisé MBIRMI, présenté sous forme comprimés, « NGORA KENG», servi sous forme de boule à sucer.
     
    Des « produits importés de Chine et écoulés à grande échelle au sein des populations. Seulement, cette importation serait effectuée sans déclaration douanière ni contrôle sanitaire de qualité et ce, depuis 8 ans ! L’administration douanière qui s’est intéressée aux conditions de leur interdiction au Sénégal, a saisi les produits et ordonné l’arrêt de leur importation et de leur vente », constate le journal « Walf Grand Place» qui fait aussi part que les « produits seraient fabriqués à base de résidus d’animaux tels que le zèbre, le rhinocéros, le chien…, qu’ils seraient importés de Chine depuis près de 8 ans sans déclaration douanière et que l’importateur risquait de se «faire redresser», que cette vente d’un million de F CFA de recettes journalières était suspendue depuis une semaine «pour expertise médicale».

    Des « allégations éminemment diffamatoires » selon le Directeur Général de la société EXCAF TELECOM  qui sert une citation directe à Sidy Lamine Niasse, Jean Meïssa Diop, Directeur de publication de « Walf Grand Place » et Ndèye Awa LO, journaliste, auteur de l’article.

    L’affaire qui a été finalement plaidée devant le 02 Juillet 2013 et mise en délibéré, le Tribunal Correctionnel de Dakar a rendu son verdict le 17 Septembre 2013 en déclarant Jean Meissa DIOP et Ndèye Awa LO coupables de diffamation et de complicité de diffamation et en les condamnant à une peine d’emprisonnement de 3 mois avec sursis.

    Il a en outre déclaré le Groupe Walfadrji civilement responsable à lui payer la rondelette somme de cent millions de F CFA à titre de dommages-intérêts.

    D’où la saisine des organismes internationaux par Sidy Lamine Niasse qui dénonce une « mise en péril de son entreprise de presse » et ne compte pas se laisser faire 

    Dans la même rubrique

    LAISSER UN COMMENTAIRE

    S'il vous plaît entrez votre commentaire!
    S'il vous plaît entrez votre nom ici

    Restez Connectés

    19,691FansJ'aime
    73,910SuiveursSuivre
    11,500AbonnésS'abonner

    Communiqués et Sports

    Communiqués et Avis

    Communiqués et avis

    Articles Les plus réçents

    Auteurs