Autres
    Array

    Croissance au Sénégal : La Banque mondiale prévoit un taux de 6% pour 2016

    Cette belle performance du Sénégal, est le fruit d’importantes réformes entreprises par le gouvernement dans plusieurs secteurs d’activités,  des réformes qui entrent dans le cadre du Plan Sénégal émergent (PSE).
     
    Selon, l’économiste pays de la Banque mondiale basé au Sénégal, ce grand bond en avant est dû à trois (3) facteurs : les données exogènes, les réformes structurelles et le cadre macroéconomique. La première variable est exogène, et il est lié à la chute des cours du pétrole au niveau mondial dont a bénéficié le Sénégal. Le second variable exogène : c’est le climat avec la pluviométrie, le cadre macroéconomique, qui est très solide et stable avec un taux de change accompagnée d’une inflation  très basse et une dette publique soutenable et des déséquilibres fiscaux sous contrôles. Et, d’après Monsieur Julio économiste pays basé au Sénégal de la Banque Mondiale, le troisième facteur de cette performance économique du Sénégal demeure les réformes structurelles entreprises dans le cadre du Plan Sénégal émergent (PSE) avec une amélioration du climat des affaires, à l’énergie, au transport, à la gouvernance. L’autre groupe de réformes concerne les investissements consentis dans le secteur de l’agriculture (l’arachide, le riz, le manioc, l’horticulture). Le niveau de revenu est un variable important qui est de 1000 dollars par an et par tête d’habitant. Tous ces facteurs ont permis au  Sénégal de maintenir ce taux de 6% comme l’année passée.
     
    D’après les conclusions d’Africa’s Puls ce taux de 6% devrait se maintenir dans les prochaines années pour beaucoup de pays africains dont le Sénégal s’il continue sur cette lancée du Plan Sénégal émergent.
     
    Mais en dépit de ce grand bond en avant, l’expert de la Banque mondiale exhorte notre pays à continuer les réformes pour une meilleure diversification du cadre économique, rendre la croissance plus inclusif et enfin améliorer l’efficacité des politiques publiques dans le secteur agricole.
     
     
    Les experts de la Banque mondiale montrent que des pays comme la Côte d’ivoire qui a commencé à  transformer ses matières premières en produits manufacturés bénéficié d’une bonne performance économique.

    L’Afrique avec un taux de croissance de 1,6% niveau  le plus bas depuis 20 ans 

    Le rapport a fait surtout état de la chute du taux de croissance en Afrique subsaharienne qui a baissé de 1,6% contrairement à l’année passée ou il était de 3%. Selon, d’ailleurs le Groupe de la Banque ce taux est le plus depuis plus de 20ans. Des difficultés économiques rencontrées par les puissances économiques du continent telles que le Nigéria ou encore l’Afrique du Sud qui subissent toujours les contrecoups  de la chute des cours des matières premières, les questions sécuritaires ont aussi des effets négatifs sur la croissance avec la menace terroriste au Nigéria. L’étude du Groupe de la Banque mondiale mentionne aussi l’hétérogénéité des croissances à travers le continent qui révèlent des disparités entre les pays. Cela dit, les vulnérabilités restent en hausse, les resserrements de l’investissement étranger et des finances budgétaires demeurent important
     
    Des pays comme l’Ethiopie, le Rwanda, et la Tanzanie affichent des taux de croissance annuels supérieurs à 6%. C’est aussi le cas des pays d’Afrique de l’Ouest comme la Côte d’ivoire et le Sénégal.    
     
     
     

    Dans la même rubrique

    LAISSER UN COMMENTAIRE

    S'il vous plaît entrez votre commentaire!
    S'il vous plaît entrez votre nom ici

    Restez Connectés

    19,691FansJ'aime
    73,910SuiveursSuivre
    11,500AbonnésS'abonner

    Communiqués et Sports

    Communiqués et Avis

    Communiqués et avis

    Articles Les plus réçents

    Auteurs