Autres

    Burundi: la société civile inquiète des conséquences de l’interdiction des deux-roues à Bujumbura

    Depuis le 11 mars 2022, le ministère de l’Intérieur a strictement interdit toute circulation des deux-roues à Bujumbura. Une mesure qui a frappé de plein fouet les activités d’une ville qui faisait déjà face à une pénurie récurrente d’essence. Parole et actions pour le réveil des consciences et l’évolution des mentalités (Parcem), l’une des rares organisations de la société civile indépendante active dans le pays, constate que cette mesure a eu de graves conséquences.

    Burundi: la société civile inquiète des conséquences de l’interdiction des deux-roues à Bujumbura

    Lorsque la décision d’interdire taxis motos, vélos et tuk-tuk à Bujumbura est entrée application il y a un mois, la capitale économique du Burundi connaissait déjà une pénurie de plusieurs biens de première nécessité. Depuis, la situation n’a fait qu’empirer avec une très sévère pénurie d’essence et de gasoil, d’une ampleur jamais égalée de mémoire de Burundais, selon de nombreux témoignages.

    Activités au ralenti
    « La pénurie de carburant a compliqué les choses. Les activités sont au ralenti. Il y a une inflation explosive des produits alimentaires suite à cette perturbation d’approvisionnement.  Donc, c’est un sentiment d’amertume et c’est un sentiment de résignation. Les gens bougonnent et ne savent à quel saint se vouer », explique le président de Parcem, Faustin Ndikumana.

    Conséquences de cette décision : les activités sont quasiment paralysées à Bujumbura. Ceux qui ont des véhicules passent le plus clair de leur temps à faire la queue devant une station d’essence. Ceux qui n’en ont pas doivent marcher pendant des heures pour aller au travail et retourner à la maison.

    Sonnette d’alarme
    Faustin Ndikumana tire donc la sonnette d’alarme : « Le gouvernement devrait vraiment se pencher, approfondir cette question avant qu’elle n’atteigne son paroxysme parce que la situation est de plus en plus inquiétante, voire alarmante même. »

    Contacté par RFI hier soir, le ministre burundais de l’Intérieur et de la sécurité publique, le général Gervais Ndirakobuca s’est refusé à tout commentaire.

    Dans la même rubrique

    LAISSER UN COMMENTAIRE

    S'il vous plaît entrez votre commentaire!
    S'il vous plaît entrez votre nom ici

    Restez Connectés

    19,691FansJ'aime
    74,382SuiveursSuivre
    11,500AbonnésS'abonner

    Communiqués et Sports

    Communiqués et Avis

    Communiqués et avis

    Articles Les plus réçents

    Auteurs