Autres

    Madagascar: le rapport très contrasté du Bureau indépendant anti-corruption

    A Madagascar, le Bureau indépendant anti-corruption (Bianco) a présenté, hier, vendredi 23 septembre, son bilan annuel de l’année 2021. Une année de lutte contre la corruption « très contrastée », indique le directeur général de cette institution.Affaires de détournement de deniers publics, conflits d’intérêt, abus de fonctions ou encore trafics de ressources naturelles, la tâche du Bureau indépendant anti-corruption structure est vaste. Transparency International classe la Grande Île parmi les pays les plus corrompus, au 147e rang sur 180 pays. Un combat qui reste un défi pour Madagascar et qui demande « une adhésion populaire à la base » et un « engagement politique au sommet », note le Bianco dans son rapport.

    Manque de précision

    Collectivités décentralisées, justice, foncier, gendarmerie, éducation ou encore environnement font partie des secteurs les plus exposés à la corruption et les plus dénoncés dans la Grande Île, révèle le Bianco. Un bilan qui manque de précision, estime Ketakandriana Rafitoson, directrice exécutive de Transparency International Initiative Madagascar : « Notamment en ce qui concerne les informations sur les cas de grande corruption, cela reste vague. Il faut nommer les choses comme elles le sont. Il ne faut pas avoir peur de choquer. Bien sûr, on reste derrière le Bianco, mais je pense qu’on peut accélérer la cadence, surtout qu’à l’approche des élections de 2023, il y a un gros chantier qu’il faut attaquer, c’est la corruption électorale.

    Là, on reste un peu sur notre faim. »Dans son rapport, le Bianco recommande – entre autres choses – de renforcer la volonté politique au plus haut niveau. Une demande de la société civile. Depuis de nombreuses années, Tsimihipa Andriamazavarivo coordonnateur de l’ONG Tolotsoa (« Inébranlable ») : « Il faut mettre la population et l’opinion en confiance par rapport, déjà, à la dénonciation de la corruption. Depuis quelques années maintenant, la société civile plaide pour l’adoption de la loi sur la protection des lanceurs d’alerte. Il devrait aussi y avoir une loi sur la protection des témoins. Et tant que ce sera plus compliqué de dénoncer la corruption que de se taire, je pense qu’on n’aura pas les résultats qu’on souhaite. On en appelle donc aux législateurs, au gouvernement, pour que chacun se sente en sécurité pour dénoncer ».Le Bianco a reçu l’année dernière 3 500 doléances pour des affaires de corruption. Malgré l’insuffisance de personnels, de ressources financières et la vétusté de certains matériels rapportées dans ce bilan, les enquêtes menées par cette institution ont abouti à la transmission de 420 dossiers aux juridictions compétentes. Un chiffre supérieur à l’année précédente.

    Dans la même rubrique

    LAISSER UN COMMENTAIRE

    S'il vous plaît entrez votre commentaire!
    S'il vous plaît entrez votre nom ici

    Restez Connectés

    19,691FansJ'aime
    74,412SuiveursSuivre
    11,500AbonnésS'abonner

    Communiqués et Sports

    Communiqués et Avis

    Communiqués et avis

    Articles Les plus réçents

    Auteurs