Autres

    Coup d’État au Bukina Faso : la CEDEAO demande l’arrêt des violences

    La Communauté Économique des États de l’Afrique de l’Ouest (CEDEAO), à travers un communiqué de presse réitère sa « ferme condamnation de la prise du pouvoir par la force » au Burkina Faso. Mais aussi, elle demande l’arrêt « des violences et des pillages, de tous genres ».

    Une situation qu’elle suit avec une grande préoccupation. Par conséquent, elle demande aux forces de Défense et de Sécurité « d’éviter l’escalade et, en toutes circonstances, de protéger les civils », lit-on sur le document.

    La CEDEAO soutient « le peuple burkinabé dans sa quête de démocratie et, dans ce cadre, réaffirme son attachement au chronogramme adopté par le Sommet du 3 juillet 2022 qui prévoit le retour à l’ordre constitutionnel au plus tard le 1er juillet 2024 ». 

    Après le contre coup d’État perpétré vendredi par le Capitaine Ibrahima Traoré, des actes de violences s’en sont suivis. L’ambassade de la France à Ouagadougou a été prise pour cible par les manifestants.

    Dans la même rubrique

    LAISSER UN COMMENTAIRE

    S'il vous plaît entrez votre commentaire!
    S'il vous plaît entrez votre nom ici

    Restez Connectés

    19,691FansJ'aime
    74,412SuiveursSuivre
    11,500AbonnésS'abonner

    Communiqués et Sports

    Communiqués et Avis

    Communiqués et avis

    Articles Les plus réçents

    Auteurs