Autres

    Rébellion du M23 : Uhuru Kenyatta appelle à une intervention urgente en RDC

    L’ancien président kenyan Uhuru Kenyatta a appelé à une intervention urgente en République démocratique du Congo (RDC), où les combats entre l’armée et les rebelles du M23 ont de nouveau éclaté la semaine dernière, poussant des milliers de personnes à fuir leurs foyers.

    Lors d’une visite dans la ville de Goma, dans l’est de la RDC, et dans un camp voisin pour personnes déplacées, Kenyatta a rencontré des dizaines de milliers de personnes vivant dans la rue au bord des routes.

    Décrit par un envoyé spécial des Nations Unies comme agissant de plus en plus comme une armée conventionnelle, le M23 a lancé une offensive majeure cette année, s’emparant de territoires et déclenchant une querelle diplomatique entre la RDC et le Rwanda.

    La RDC accuse le Rwanda de soutenir le M23, une allégation étayée par des « preuves solides », selon des experts de l’ONU. Kigali nie fermement toute implication.

    Kenyatta était en visite en RDC en sa qualité de facilitateur du bloc régional de la Communauté de l’Afrique de l’Est (EAC) et d’envoyé pour la paix de l’Union africaine. L’EAC a récemment annoncé des pourparlers de paix pour plus tard ce mois-ci, visant à apaiser les tensions entre les deux pays et à mettre fin au conflit qui se déroule le long de leur frontière commune.

    Quelques minutes avant la visite de Kenyatta au camp de Kanyaruchinya à l’extérieur de Goma, des inconnus en tenue militaire congolaise ont tiré en l’air, provoquant la panique et la fuite de milliers de personnes, a déclaré un journaliste de Reuters. L’armée et les rebelles se sont mutuellement accusés de l’incident.

    Le travail de Kenyatta a été « sévèrement entravé par la terrible crise humanitaire qui se déroule dans et autour de Goma », a déclaré le ministère kenyan des Affaires étrangères dans un communiqué.

    Plus tôt ce mois-ci, le Kenya a déployé des troupes dans l’est de la RDC pour rejoindre une force régionale d’Afrique de l’Est chargée de mettre fin à des décennies d’effusion de sang.

    Kenyatta a déclaré que les groupes rebelles et leurs partisans n’avaient pas honoré les promesses faites lors des pourparlers de paix plus tôt cette année à Nairobi, de rester à leurs positions.

    Malgré des milliards de dollars dépensés pour l’une des plus grandes forces de maintien de la paix des Nations Unies, plus de 100 groupes armés continuent d’opérer dans de vastes étendues de l’est de la RDC. Cela a attisé le ressentiment parmi les habitants et conduit à des affrontements avec les troupes de maintien de la paix.

    Jeff Nyagah, le commandant kenyan de la nouvelle force EAC, a déclaré que le processus diplomatique était la priorité, aux côtés du désarmement et de la démobilisation des groupes armés.

    « Si ces deux pistes échouent, nous utiliserons bien sûr la force lors d’une opération conjointe avec l’armée congolaise », a-t-il déclaré lors d’une conférence de presse à Goma.

    Dans la même rubrique

    LAISSER UN COMMENTAIRE

    S'il vous plaît entrez votre commentaire!
    S'il vous plaît entrez votre nom ici

    Restez Connectés

    19,691FansJ'aime
    74,384SuiveursSuivre
    11,500AbonnésS'abonner

    Communiqués et Sports

    Communiqués et Avis

    Communiqués et avis

    Articles Les plus réçents

    Auteurs