Autres

    Projet de Loi de Finances 2023 : les réponses du ministre aux parlementaires

    Mamadou Moustapha BA, Ministre des Finances et du Budget a apporté plus de réponses aux inquiétudes des députés, au cours de la séance plénière jeudi. Le Ministre a fait l’économie des orientations majeures du Projet de Loi de Finances initiale pour l’année 2023, se fondant sur d’une part, les données significatives du Rapport économique et financier et d’autre part les réflexions pertinentes, de haute portée, émises au cours du débat général.

    « Le Projet de budget pour l’année 2023 est effectivement arrêté à 6 411 milliards de F CFA. Mais ce budget est battu sur une projection de croissance de 10,1% en 2023 contre une prévision de 4,8% en 2022. Le Fonds monétaire international à révisé de nouveau la projection de croissance », a indiqué le ministre. Avant de rappeler qu’«avant-hier, le nouveau taux que le FMI à eu à prévoir c’est 8,7%. Qui varie déjà en quelques mois de 0,6% ». Pour lui, « le FMI est entrain tout simplement de se rapproché de nos projections ».  

    Le ministre a, d’abord, rappelé la cohérence globale de la politique économique du Sénégal en indiquant qu’en 2014, « le Plan Sénégal Émergent (PSE) a été élaboré en vue de rendre notre pays émergent à l’horizon 2035, avec un Etat de droit renforcé et une société solidaire. Déjà, à cette époque, l’ensemble des acteurs de la vie économique nationale a été rencontré, notamment la société civile », a-t-il souligné.

    En outre, « une stratégie décennale (2014-2023) devant opérationnaliser cette vision été élaborée dans le PSE avec des objectifs pour mesurer cette émergence (PIB, Production, Croissance, etc.), afin de mettre en place des Plans d’Action Prioritaires (PAP) pour 5 ans », a-t-il relevé.

    Poursuivant, le ministre des Finances et du Budget ajoute : « La mise en œuvre PAP1 (2014-2018), d’environ 9600 milliards FCFA a permis d’avoir un taux de croissance moyen de 6,6%, alors qu’à la même période antérieure, il était de 3,3%. Or, durant cette période, le taux de croissance du revenu par tête a augmenté dans le pays ».

    M. Ba a rappelé qu’en fin 2019, est apparue la Covid. Cette année-là, le taux de croissance du Sénégal était de 5,1%. En 2020, malgré la récession dans tous les pays du monde, le pays a affiché un taux de croissance positif de 1,3% grâce, notamment au Programme de Résilience économique et sociale (PRES) de 1000 milliards FCFA avec ses quatre axes (Santé, résilience sociale, cadre macroéconomique et sécurisation des chaînes d’approvisionnement en produits pétroliers et gaziers). En 2021, ce taux a atteint 6,1%, tandis qu’en 2022, malgré les chocs exogènes qui rétroagissent sur le marché domestique, il est projeté à 4,8% », a-t-il relevé.

    Dans la même rubrique

    LAISSER UN COMMENTAIRE

    S'il vous plaît entrez votre commentaire!
    S'il vous plaît entrez votre nom ici

    Restez Connectés

    19,691FansJ'aime
    74,390SuiveursSuivre
    11,500AbonnésS'abonner

    Communiqués et Sports

    Communiqués et Avis

    Communiqués et avis

    Articles Les plus réçents

    Auteurs