Connectez-vous S'inscrire
PRESSAFRIK.COM , L'info dans toute sa diversité (Liberté - Professionnalisme - Crédibilité)


PRESSAFRIK.COM , L'info dans toute sa diversité (Liberté - Professionnalisme - Crédibilité)



Allègement des mesures de l’Etat d’urgence: « il faut desserrer l’étau pour préserver l’économie et la stabilité sociale », selon BBY



Allègement des mesures de l’Etat d’urgence: « il faut desserrer l’étau pour préserver l’économie et la stabilité sociale », selon BBY
La cellule de Communication de la coalition Benno Bokk Yakaar (BBY) est monté au créneau pour défendre le chef de l’Etat Macky Sall, vivement critiqué après son adresse à la Nation de lundi, actant un allègement des mesures de l’Etat d’urgence et du couvre-feu.

Selon Pape Mahawa Diouf, qui dirige cette cellule, les dernières décisions du président de la République sont dictées par une logique qu’il entretiens dans toutes ses sorties depuis le début de la crise sanitaire au Sénégal. « La déclaration du président de la République entre en droite ligne avec son style depuis le début de cette crise. Un style marqué par le sens des responsabilités et qui n’est pas assujetti à de l’émotion », avance Monsieur Diouf. 
Avant d’attaquer les détracteurs du chef de l’Etat: « Ceux qui crient aux loups actuellement etaient les mêmes qui disaient qu’il fallait rapatrier nos enfants de Wuhan. Même dans notre propre camp certains pensaient qu’il fallait le faire ».

Selon lui, « le président est resté lucide a fait les bons choix, les choix rationnels, inclusifs qui protègent l’intérêt national . C’est pourquoi nous avons salué la démarche unitaire, société civile, opposition autour de la loi d’habilitation qui a permis d’installer l’Etat d’urgence et le couvre-feu. Cela répondait à une situation précise »

Mais, explique Pape Mahawa Diouf, « cette situation a évolué. Le Sénégal n’est pas un îlot en dehors du monde. Il y a eu une période de confinement partout dans le monde, défensive. Là, il suffit d’être logique et d’observer. Ce n’est pas seulement en France. Il y a beaucoup de pays qui commencent à savoir que ce virus il va falloir vivre avec. Partant, on connaît les gestes barrières et les mesures à prendre. Peut-être qu’il faut anticiper aussi sur certains risques liés à l’économie et aussi sur les risques de stabilité sociologique etc. »

À ceux qui parlent de capitulation, le responsable de la Communication de la coalition au pouvoir de rétorquer: « Mais capitulation contre qui ? On n’était pas en guerre contre les Tarikhas. On n’était absolument pas en guerre contre les marabouts. On est en guerre contre le Covid-19. Mais alléger les choses au moment où le Sénégal continue de mener son combat avec des résultats qu’on peut saluer. C’est vrai, il y a plus de cas. Mais il y a plus de tests. Et les équipes médicales sont à pieds d’œuvre et vont tout faire pour qu’on vienne à bout de cette pandémie. »

Monsieur Diouf préconise la mobilisation pour « préserver le Sénégal de l’invasion du Covid19. Tout en préservant aussi son tissu économique et sa stabilité socio-économique ».

Il assure que «  les Sénégalais ont parfaitement bien perçu le message du président de la République qui est de desserrer l’étau dans un contexte difficile pour faire fonctionner un temps soit peu l’économie et pour apprendre à vivre avec le virus. Parce qu’il semble qu’on n’a pas encore de solution définitive et ça c’est partout dans le monde. »

En conclusion, pour Monsieur Diouf, « Nous avons besoin de combattre le virus. Nous avons besoin de préserver l’économie du Sénégal et nous avons aussi besoin de préserver sa stabilité sociale. Et tout ça relève de la responsabilité des autorités de l’Etat. »

AYOBA FAYE

Mardi 12 Mai 2020 - 19:24


div id="taboola-below-article-thumbnails">

Nouveau commentaire :
Facebook Twitter