Connectez-vous S'inscrire
PRESSAFRIK.COM , L'info dans toute sa diversité (Liberté - Professionnalisme - Crédibilité)


PRESSAFRIK.COM , L'info dans toute sa diversité (Liberté - Professionnalisme - Crédibilité)



Approvisionnement en mouton pour la tabaski: un léger déficit constaté

Le Ministre de l’élevage Oumou Khaïry Gueye Seck a annoncé un léger déficit dans l’approvisionnement en mouton dans le département de Dakar. Elle l’a fait savoir hier, mercredi 18 novembre, à l’occasion de la visite qu’elle a effectué dans certains points de vente installé dans la capitale.



Approvisionnement en mouton pour la tabaski: un léger déficit constaté
« Il y’a un léger déficit sur le département de Dakar mais il va être comblé les jours à venir ». Ces propos sont du Ministre de l’Élevage qui, pour rassurer, estime que « si elle n’est pas comblée les dakarois pourront s’approvisionner à Pikine. L’offre est déjà suffisante, nous avons un surplus sur le département de Pikine de près de 5 mille moutons. Ce qui permettra aux familles d’avoir un mouton ». Selon elle, « Dakar est très étroite pour accueillir beaucoup de moutons ». Elle a, par ailleurs affirmé que « le foirail de Dakar reçoit pratiquement 60% de l’offre en moutons de la région ; ce qui fait de lui le plus grand point de vente ». Cependant, elle a signalé que l’offre en mouton est assez suffisante même en dépit du déficit constaté.

Selon l’inspecteur départemental des services vétérinaire de Rufisque Saneo Faye, « à la date d’aujourd’hui nous avons 7695 moutons . On a remarqué un surplus de près de 1900 moutons sur ce point de vente par rapport a l’année dernière. La moyenne journalière d’entré est estimé a 800 moutons et au rythme ou les animaux viennent on sent qu’il y’aura beaucoup de moutons cette année ». A en croire le Ministre de l’Élevage, « le prix des moutons est légèrement en baisse par rapport à l’an passé. La moyennes et de 40 à 47500 sur les marchés hebdomadaires et 53 milles sur les marchés quotidiens. Nous suivons la demande et l’offre et c’est ce qui va déterminer le prix. Je voulais rassurer les sénégalais mais également demander aux éleveurs de faire encore quelques efforts pour que les Sénégalais puissent accéder aux moutons ».

Un déséquilibre noté dans les mesures annoncées par le gouvernement

Si certains opérateurs ont bénéficiés des commodités leur facilitant la vente des moutons pour la fête de l’aid-el kabir, d’autres par conte sont confrontés à des problèmes de sécurité, d’approvisionnement en eau, en électricité en aliment bétail entres autres. Ceci malgré les dispositions qu’avaient annoncé le Premier Ministre lors du dernier conseil interministériel sur la tabaski. Des difficultés ont été évoqués par certains opérateurs rencontrés dans certains points de ventes normalisés dont le foirail de Rufisque, le parc des petits ruminants et le rond point Liberté, 5 lors de la tournée que le Ministre de l’élevage, Oumou Kaïry Gueye Seck a effectué hier mercredi 18 novembre à Dakar.

Un vendeur de mouton trouvé au foirail de liberté 5, confie que « la répartition des commodités n’est pas égale. Nous avons des problèmes d’eau, d’électricité, absence de toilettes ». En plus, poursuit notre interlocuteur, « nous achetons le foin et l’aliment de bétail qui coûte très cher et l’eau qui nous revient a 1000 F Cfa le baril chez les charretiers ».

Les propos de cet opérateur sont réconfortés par ceux de Moussa Wagne, opérant au parc des petits ruminants appelé foirail de Sotiba où un problème d’organisation se pose. A l’en croire, « l’organisation s’est plus basée sur l’affinité. Il y’a aussi un déficit d’information qui fait qu’on ne dispose pas de certain renseignement sur les crédit octroyés par les banques. Et même pour la subvention sur les aliments de bétail ».

Le constat est unanime concernant l’alimentation bétail coûte « cher ». Le sac est vendu entre 3000 F Cfa ceux et 6500 F Cfa. Ce qui, selon certains vendeurs, « se répercutera forcement sur les prix des moutons ». Même le Ministre de l’Élevage a reconnu que dans certains points de vente, « il y’a des manquement ». C’est le cas notamment au foirail de Rufisque où l’électricité n’est toujours pas installé.

Coura Doumbia (Stagiaire)

Jeudi 19 Novembre 2009 - 08:09


div id="taboola-below-article-thumbnails">

Nouveau commentaire :
Facebook Twitter