Connectez-vous S'inscrire
PRESSAFRIK.COM , L'info dans toute sa diversité (Liberté - Professionnalisme - Crédibilité)


PRESSAFRIK.COM , L'info dans toute sa diversité (Liberté - Professionnalisme - Crédibilité)



Chronique : les coalitions ne tiennent pas la route



Chronique : les coalitions ne tiennent pas la route
En mars 2001 après un an de compagnonnage et en perspective d’élection législative, Wade se séparait de son Premier ministre Niasse parce qu’ils ne s’entendaient pas sur plusieurs aspects. Dans les autres explications du PDS et du ministre d’Etat Idrissa Seck, on a parlé de manque de solidarité de Moustapha Niasse et de ses connivences avec les socialistes à Mbour, des conseillers de l’Afp avaient appuyé des socialistes qui ont pris la mairie au détriment du candidat du Front pour l’Alternance (FAL). Après avoir détrôné l’ennemi commun, c’est le combat interne des vainqueurs.

Aujourd’hui à Benno on a toutes les peines du monde pour une candidature de l’unité. La presse rapporte les pressions des partisans respectifs des deux prétendants. Demain une fois au pouvoir, ce sera le même « mortel combat ». Chacun défendant les intérêts de son camp. Rares sont nos politiques qui peuvent au nom de l’intérêt général mettre de côté leur intérêt politique immédiat. Ils ne se soucient pas de ce que l’Histoire retiendra. Ils sont obnubilés par des intérêts bassement matériels. Les fondements de la coalition qui a été à la base de l’alternance et les attaques entre ses partisans après les limogeages respectifs des principaux alliés de Wade en sont la preuve.

Les sorties d’Idrissa Seck tout puissant ministre d’Etat contre Moustapha Niasse bourdonnent encore dans la tête de certains observateurs quand on parle aujourd’hui de coalition pour détrôner Wade. Dans une longue contribution intitulée : le Puits, le Seau et les Cordes de Moustapha Niasse, texte basé sur des extraits du Coran et de l’Ancien Testament, Idy massacrait Niasse comme c’est pas possible. Idrissa Seck rappelait pour commencer les propos de Moustapha Niasse dans le Nouvel Horizon du 02 mars 2001, « Tu viens, tu t’installes sur le bord d’un puits. Tu n’as ni seau, ni corde et tu as soif. Tu restes 25 ans sur le bord du puits attendant un seau pour boire. Au terme de ces 25 ans, le jour se lève et Dieu t’amène des gens avec leur seau au moment où tu ne peux plus tenir debout. Ces gens puisent et te donnent à boire. Alors tu dis à ces gens : puisque vous m’avez donné à boire, je voudrais que vous prépariez un déjeuner, un dîner. Mais pourquoi donc ? ». Et la réponse d’Idy était la suivante, « l’auteur de ces propos fait partie de ces créatures d’Allah, qui soucieuses de voiler la nudité de leur ignorance par le pagne de la duplicité et de l’insolence, s’aventurent tel le phénix vers les confins impitoyables des paraboles qu’ils ne comprennent pas ». Idy pour ne pas dire le Mara de Thiès traitait Niasse et compagnie de mécréants en rappelant la Sourate 9 et le Verset 1 du Coran, « Désaveu de la part d’Allah et de son Messager à l’égard des associateurs avec qui vous avez conclu un pacte, parcourez la terre durant quatre mois ; et sachez que vous ne réduirez pas Allah à l’impuissance et qu’Allah couvre d’ignominie les mécréants ». En conclusion il justifie le limogeage de Niasse car à la Sourate 8 Verset 58, Dieu dit, « Et si jamais tu crains vraiment une trahison de la part d’un peuple, dénonce alors le pacte d’une façon franche et loyale car Allah n’aime pas les traîtres ». L’homme fort du régime à l’époque disait pour terminer, « Inch Allah, nous obtiendrons alors une victoire éclatante car notre mission est noble et légitime ».
A l’heure de la prochaine présentation du bilan de Wade, le Mara sera de l’autre côté à cause de celui qu’il présentait pourtant comme, « un Monument Politique dont l’âge des assises réduit à néant toute tentative de déstabilisation ». Le Benno nous a déjà montré l’impossible accord en se battant entre eux pour contrôler de petites mairies ou communautés rurales.

Tout ce rappel pour dire à mes compatriotes d’ouvrir les yeux une fois encore de plus, notre avenir nous appartient. Nous sommes plus de 12 millions de Sénégalais, nous avons plusieurs choix, nous pouvons bien choisir et il faut obligatoirement choisir.


Mercredi 2 Novembre 2011 - 15:55



Nouveau commentaire :
Facebook Twitter