Connectez-vous S'inscrire
PRESSAFRIK.COM , L'info dans toute sa diversité (Liberté - Professionnalisme - Crédibilité)


PRESSAFRIK.COM , L'info dans toute sa diversité (Liberté - Professionnalisme - Crédibilité)



Loi portant code électoral: « le pays pourrait se développer s’il y avait une meilleure politique de proximité » (Dr Abdourahmane Diouf)



Loi portant code électoral: « le pays pourrait se développer s’il y avait une meilleure politique de proximité » (Dr Abdourahmane Diouf)
Dr Abdourahmane Diouf s’est exprimé sur le projet de loi portant code électoral adopté samedi 10 juillet en Commission des lois de la représentation nationale et qui devra être examiné en plénière demain, lundi 12 juillet. Mais déjà, l’ancien porte-parole du parti Rewmi d’Idrissa Seck, a salué l’une des modifications portant sur le mode d’élection des maires au suffrage universel direct. 

« Je suis très heureux que cet élection des maires au suffrage universel direct soit acté finalement », s’est d’abord réjoui Dr Abdourahmane Diouf, à l’émission le Jury Du Dimanche (JDD) dont il était l’invité, ce 11 juillet 2021. Qui a rappelé qu’il en parle « depuis des années ». 

Expliquant sa position, Dr Diouf fait savoir qu’il a toujours pensé que « la démocratie que nous avons au niveau des élections locales, c’est une démocratie tronquée. J’ai toujours considéré que la démocratie au Sénégal n’est pas réellement une décentralisation ». Chose qui, selon lui, le pousse à penser des fois, « pourquoi les gens se battent pour être des maires ? ». 

Poursuivant son argumentaire, il a ajouté, « la décentralisation que nous avons au Sénégal ne donne pas de pouvoirs aux maires pour avoir un bilan ». Et pour preuve, dixit-il, « je ne connais aucune ville du Sénégal qui peut se prévaloir d’un bilan d’un maire pour dire que le maire a bien travaillé ou mal travaillé ». Chose qui fait que « beaucoup de maires sont attaqués sur des bilans alors qu’ils n’ont pas les moyens d’offrir aux populations un bilan », s’est-il-désolé. 

Donnant l’exemple de l’ex-édile de Dakar, l’ancien compagnon d’Idrissa Seck de souligner pour le déplorer que : « Khalifa Ababacar Sall était un maire qui a eu des projets extrêmement ambitieux mais qui ont été remis en cause par la puissance publique ». 
 « Ce pays pourrait être développé s’il y avait une meilleure politique de proximité »
La donne pourrait changer, si l’on croit à Dr Diouf. Il est convaincu que « ce pays pourrait être développé s’il y avait une meilleure politique de proximité, un meilleur pouvoir des maires. Travailler sur la fiscalité locale qui permettrait aux maires d’avoir de l’argent indépendamment des fonds de dotation et là on pourrait avoir des programmes des maires qu’on mettrait en exergue ». 

Mais malheureusement, a-t-il conclu, « jusqu'au jour d’aujourd’hui, l’Etat instrumentalise les collectivités locales en fonction de ses intérêts politiciens ». 

Aminata Diouf

Dimanche 11 Juillet 2021 - 17:19


div id="taboola-below-article-thumbnails">

Nouveau commentaire :
Facebook Twitter