2 milliards de personnes utilisent de l'eau contaminée aux matières fécales

L'eau potable contaminée par les matières fécales causerait la mort d'au moins 500 000 personnes chaque année. C'est un cri d'alarme que lance l'Organisation mondiale de la santé (OMS). Dans un communiqué publié ce jeudi, l'organisation alerte sur la qualité de l'eau potable.



"Aujourd'hui, près de deux (2) milliards de personnes utilisent une source d'eau potable contaminée par des matières fécales", indique le docteur Maria Neira, directrice du département santé publique.
 
500 000 décès par an
Conséquence: des maladies comme le choléra, la dysenterie, la typhoïde et la poliomyélite mais aussi "plus de 500 000 décès provoqués par la diarrhée chaque année". 

En 2015, les pays ont élaboré, dans le cadre de l'ONU, une liste de 17 objectifs de développement durable à atteindre en 2030. L'un des objectifs de l'OMS est de garantir à tous l'accès à l'eau et à l'assainissement, tout en assurant une gestion durable des ressources en eau. 
 
Mais, cette volonté ne pourra pas être atteinte "à moins que des mesures ne soient prises pour utiliser les ressources financières de manière plus efficace" alarme l'organisation. Les pays ont augmenté de 4,9% en moyenne annuelle leurs dépenses en matière d'eau, d'assainissement et d'hygiène durant ces trois dernières années, selon ce rapport. Toutefois 80% des pays indiquent que les financements dédiés à l'eau, à l'assainissement et à l'hygiène sont toujours insuffisants pour répondre aux objectifs de l'ONU. 
 
Tripler les investissements
Pour atteindre les objectifs de développement durable de l'ONU en matière d'eau et assainissement, les investissements en infrastructures devront tripler et atteindre 114 milliards de dollars (107 milliards d'euros) chaque année, selon des chiffres de la Banque mondiale cités par l'OMS. Ce chiffre ne prend pas en compte les coûts de fonctionnement et de maintenance. Pour y parvenir, l'OMS souligne la nécessité de trouver de nouvelles sources de financement, comme les taxes. "C'est un défi que nous avons la capacité de résoudre", a affirmé Guy Ryder, président de l'ONU-eau et directeur général de l'Organisation internationale du travail (OIT), cité dans le communiqué. "Accroître les investissements dans l'eau et l'assainissement peut générer des avantages importants pour le développement et la santé humaine, créé de l'emploi."

Aminata Diouf

Vendredi 14 Avril 2017 - 17:47



Nouveau commentaire :
Facebook Twitter