PRESSAFRIK.COM ,  L'info dans toute sa diversité



300 licences mauritaniennes pour des pêcheurs sénégalais (Nouakchott)

Le cabinet du ministre de l’Economie maritime, Khouraïchi Thiam, en visite à Nouakchott (Mauritanie) a affirmé que quelque 300 licences de pêche mauritaniennes octroyées à des pêcheurs sénégalais ont été prolongées pour une durée de 2 mois.



300 licences mauritaniennes pour des pêcheurs sénégalais (Nouakchott)
« Le protocole d’application de la Convention de coopération en matière de pêche et d’aquaculture, signé entre la Mauritanie et le Sénégal, en mars 2008, vient de faire l’objet d’une reconduction de deux mois, avec allègement du dispositif de contrôle au niveau du poste de Ndiago », indique un communiqué transmis à l’APS, à Dakar.

Au cours de sa visite, M. Thiam a transmis un message du président Abdoulaye Wade à son homologue mauritanien, Mohamed Ould Abdel Aziz, en présence du ministre mauritanien de la Pêche et de l’Economie maritime, Aghdhefna Ould Eyi et de l’ambassadeur du Sénégal en Mauritanie, Amadou Kane.

Côté sénégalais, il y avait Moustapha Thiam, directeur des pêches maritimes, le commandant Matar Sambou, directeur de la surveillance et de la protection des pêches, Marième Diagne Talla, conseillère juridique au ministère de l’Economie maritime et Ibrahima Lô, inspecteur régional des pêches de Saint-Louis.

Les deux parties ont exprimé « le souhait d’aller dans le sens de la poursuite du dialogue en vue d’intégrer les diverses préoccupations, des administrations et des professionnels industriels et artisanaux des deux pays, en tenant compte des enseignements tirés de la mise en œuvre de la convention de coopération en matière de pêche et d’aquaculture, signée le 25 février 2001 », ajoute le communiqué.

Des incidents récurrents, marqués par des accrochages entre pêcheurs sénégalais et gardes côtes mauritaniens, se soldent par l’arraisonnement de pirogues, la confiscation de matériel, entre autres, au détriment des professionnels sénégalais. « A ce propos, précise la même source, les dossiers sont en cours de traitement par les services compétents ».

D’une même voix, les ministres mauritanien et sénégalais ont rappelé « la nécessité d’éviter de tels incidents », avant d’inviter les pêcheurs à se conformer à la réglementation en vigueur.

« La volonté exprimée, à l’occasion de cette visite, est de mettre à profit la période de deux mois, pour apprécier la situation et permettre aux discussions techniques de se poursuivre », note aussi la partie sénégalaise qui relève « le souhait exprimé de trouver une issue heureuse à certains dossiers, la saisie de matériel, les arrestations etc. ».

Les deux ministres, Khouraïchi Thiam et Aghdhefna Ould Eyi, ont rendu visite mardi aux pêcheurs sénégalais, blessés au cours du récent incident survenu à Ndiago, à la frontière.

A l’extrême sud-ouest de la Mauritanie, dans la zone du delta, Ndiago est un village situé entre un bras du fleuve Sénégal au sud-est, l’océan atlantique à l’ouest et un important cordon dunaire au nord. Plusieurs récents incidents ont opposé les pêcheurs sénégalais aux gardes côtes mauritaniens. Par ricochet, les pirogues des pêcheurs sénégalais étaient chaque fois arraisonnées avec la confiscation de matériel. Les gardes côtes mauritaniens, selon les pêcheurs sénégalais, « n’hésitent surtout pas à tirer sur eux en cas d’incidents ou de malentendu".


Jeudi 19 Janvier 2012 - 10:37



Nouveau commentaire :
Facebook Twitter