66 Français à bord de l'A310 abîmé au large des Comores



66 Français à bord de l'A310 abîmé au large des Comores
C'est un nouveau drame après celui de l'airbus A330 d'Air France disparu au large du Brésil dans la nuit du 31 mai au 1er juin qui a coûté la vie à 228 personnes. Un Airbus A310 de la compagnie Yemenia, avec 153 personnes à bord - 142 passagers et 11 membres d'équipage - en provenance de Roissy et Marseille a cessé d'apparaître sur les radars dans la nuit de lundi à mardi entre le Yémen et les Comores, selon une source aéroportuaire.

Selon nos informations, l'appareil qui s'est abîmé en mer à 10 kilomètres des côtes comoriennes transportait 66 Français. Parmi eux, 40 avaient embarqué à Roissy (Paris) et 26 à Marignane (Marseille). Le temps était exécrable et il y avait beaucoup de vent, a indiqué une source française au point.fr. Le secrétaire d'État aux Transports, Dominique Bussereau, a confirmé sur Europe 1 qu'une mauvaise météo était peut-être à l'origine de la disparition. Toujours selon nos informations, la tour de contrôle a assuré avoir assisté en direct au crash, une affirmation toutefois difficilement compatible avec le mauvais temps. Yemenia n'est pas inscrite sur la liste noire des compagnies à risque. La France sera, d'une manière ou d'une autre, "partie prenante" dans l'enquête, a fait savoir le secrétaire d'État aux Transports. Elle a envoyé sur place deux bâtiments de la marine nationale, a fait savoir l'État major. D'ores et déjà, l'aviation civile du Yémen a annoncé que des corps avaient été repérés. Un avion affrété par les autorités comoriennes a même survolé mardi matin la carlingue de l'Airbus, a rapporté à l'AFP le secrétaire général du gouvernement comorien Nourdine Bourhane. Des vedettes ont été dépêchées sur place.

Mise en place d'une cellule psychologique


L'A310 se trouvait "en phase d'atterrissage", a par ailleurs fait savoir un responsable de la compagnie nationale yéménite. "On parle d'une approche, d'une remise de gaz puis d'une approche nouvelle qui aurait été ratée", a détaillé Dominique Bussereau. "Pour l'instant, il faut être prudent, tant que toutes ces informations ne sont pas vérifiées", a-t-il toutefois indiqué. "En matière d'accident, il y a souvent des lois des séries," a-t-il par ailleurs regretté, faisant référence à l'Airbus A330 d'Air France.

Un A330-200 de la compagnie avait décollé auparavant de Roissy, lundi, à 9 h 14, selon le site Internet d'Aéroports de Paris (ADP), pour se rendre à Marseille, puis Sanaa, au Yémen. À Sanaa, les passagers ont changé d'appareil pour embarquer à bord de l'A310. Ce dernier a ensuite décollé pour Djibouti, puis Moroni, aux Comores, où il devait arriver dans la nuit de lundi à mardi à 1 heure, heure de Paris. Il s'agit du vol IY 749, selon le site Internet d'ADP. L'A310 de la compagnie Yemenia avait à son bord 61 passagers à destination de Moroni partis de Marseille, essentiellement des familles comoriennes retournant au pays, a-t-on appris de source policière.

Dès les premières heures de la matinée mardi, une cellule psychologique a été mise en place dans le salon panoramique de l'aéroport Marseille-Provence pour accueillir les familles des passagers de l'avion disparu, a-t-on précisé de même source.
Source: Le Point

66 Français à bord de l'A310 abîmé au large des Comores


Le Point

Mardi 30 Juin 2009 - 07:31




1.Posté par narimane le 30/06/2009 18:15
moi jai perdue macopine abida mohamed croyez moi sa fait mal

Nouveau commentaire :
Facebook Twitter