A Paris, l'interminable galère du logement étudiant



A Paris, l'interminable galère du logement étudiant
En cette fin d'après-midi, ils sont encore nombreux à se presser aux portes du centre régional des œuvres universitaires et scolaires (Crous) de Paris, qui organise le Forum du logement étudiant jusqu'à samedi 13 septembre. Pour la plupart d'entre eux, les cours ont déjà commencé, appartement ou pas.
Ils ne sont pas à la rue non plus, grâce aux amis ou à la famille, mais sont sans domicile fixe. S'ils viennent ici, c'est pour décrocher les derniers logements disponibles du Crous, délivrés au compte-gouttes.

Lire : Budget, aides et astuces : tout savoir sur le logement étudiant
La plupart des étudiants rencontrés sur place ne s'y sont pourtant pas pris à la dernière minute. Jamir, 25 ans, qui entre en école d'ingénieurs, a tout fait dans les règles : inscription sur le site du Crous en janvier, constitution du dossier social étudiant (DSE), qui permet de demander une bourse et/ou un logement, puis attente de la proposition d'affectation.
Faute de réponse, ce Lillois est venu en région parisienne chercher par lui-même. En vain. Les logements proposés par des bailleurs particuliers sont rares, et les logements étudiants en nombre insuffisant.
L'équation est simple : le Crous de Paris propose un parc de 5 800 logements dans une ville qui accueille chaque année plus de 180 000 étudiants.

Jamir, 25 ans, étudiant en école d'ingénieurs. « La colocation coûte moins cher, mais c'est plus difficile pour travailler. »
Le Forum du logement étudiant est devenu le rendez-vous de la dernière chance. Six cents étudiants sont venus le premier jour, 5 000 sont attendus au total.
En plus d'espérer décrocher les derniers logements à bas prix — en moyenne 350 euros pour une chambre —, ils profitent des stands d'information pour se renseigner sur les aides sociales, les mutuelles étudiantes, etc.

Lire aussi : Location pour étudiants : quel budget prévoir ?
Jamir n'a pas de revenus, et sa famille ne peut pas l'aider régulièrement. Il a fait des petits boulots cet été, qui lui permettent de compléter sa bourse de 160 euros par mois. Son budget de 400 euros pour le loyer ne lui laisse pas trop le choix : ce sera un logement étudiant ou une colocation.

« Je ne suis pas contre, j'en ai déjà eu, et ça s'est bien passé. Mais pour pouvoir travailler il me faut des colocs tranquilles, et ce n'est pas facile à trouver non plus. »
« UNE VRAIE GALÈRE »
Frédéric et Inès arrivent tout juste d'Argentine. « Si nos amis n'avaient pas proposé de nous héberger, nous n'aurions pas pris le risque de venir étudier en France. »
Inès, 18 ans, et Frédéric, 20 ans, sont arrivés ensemble d'Argentine pour poursuivre respectivement un double cursus anglais-histoire de l'art et des études de lettres modernes à Paris. Si les démarches administratives sont compliquées en France, elles le sont encore plus quand on vient de l'étranger.
« Nous avons dû faire nos démarches en passant par le consulat, notre dossier a été très long à traiter, une vraie galère. En attendant, nous avons travaillé tout l'été à temps complet, nous espérions pouvoir partir en vacances », raconte Frédéric. « Mais entre le loyer et les frais d'inscription, ma paye y est presque déjà passée », souffle Inès.
Ils sont les premiers à dire qu'ils ne sont pas vraiment à plaindre : des amis peuvent les héberger aussi longtemps que nécessaire. Inès préférerait se rapprocher du centre-ville.
Frédéric, lui, préfère garder de l'argent pour les sorties, quitte à allonger le temps de trajet. Le temps de se mettre d'accord, ils recherchent des petits boulots pour augmenter leur budget.
« CE N'EST PAS SUR INTERNET QU'ON RISQUE DE TROUVER QUELQUE CHOSE »
Au milieu des jeunes qui scrutent les petites annonces et font la queue, Michel et Marita attirent l'attention. Ils accompagnent leur fille dans sa recherche d'appartement. Michel a même dû prendre quelques jours de congés pour venir de Clermont-Ferrand. Ils ont choisi le covoiturage et un hôtel bas de gamme pour limiter les frais.
Une fois leur tour venu, c'est la douche froide. Il n'y a plus de logement pour aujourd'hui. Il faudra revenir demain.
« Le Crous ne propose pas tous les logements disponibles le premier jour, sinon tout partirait bien avant la fin de la semaine », explique un animateur chargé de l'accueil.
« On devra revenir demain, soupire Michel. On est obligés de venir sur place, ce n'est pas sur Internet qu'on risque de trouver quelque chose, il faut pouvoir visiter tout de suite. Je cherche aussi chez les amis d'amis, la famille. On ne sait jamais. »
Marita et Michel sont venus de Clermont-Ferrand pour aider leur fille dans sa recherche.
Elie, 17 ans, a déjà un appartement, trouvé par le bouche-à-oreille. Aujourd'hui, il accompagne une amie. Il mise sur Internet pour trouver un appartement plus grand, qui lui permettrait de pouvoir vivre avec son frère. « J'en avais trouvé un sur Le Bon Coin.fr, mais il nous est passé sous le nez. Mieux vaut être réactif ! », conseille le jeune homme.
Réactif mais aussi matinal. Jamir, le futur ingénieur, est arrivé à 16 h 15. Il se fait refouler à l'entrée. « Vous ne pouvez pas entrer, il n'y a plus de logement. Revenez demain avant l'ouverture. »
L'homme en costume qui fait office de videur part d'un grand rire quand on lui dit que c'est plus difficile de rentrer ici qu'en boîte de nuit. Jamir, lui, ne rit pas : « Je ne sais pas comment je vais faire. Je ne pourrai pas revenir demain ni les autres jours : j'ai cours… »

le monde

Jeudi 11 Septembre 2014 - 17:37




1.Posté par Pierre De L'héro téléphone 06330212 le 05/10/2015 18:49
etre en correspondance avec vous

Nouveau commentaire :
Facebook Twitter