AGRA : L’éradication d’Ebola au Liberia grâce au renforcement des systèmes alimentaires

Des milliers d’agriculteurs les plus démunis du Liberia devraient bénéficier d’une initiative innovatrice de distribution de semences améliorées assurant les stratégies de la sécurité alimentaire et de celles de la lutte pour l’éradication de la maladie à virus d’Ebola au Liberia.



AGRA : L’éradication d’Ebola au Liberia grâce au renforcement des systèmes alimentaires
Cette initiative conduite par l’Alliance pour une révolution verte en Afrique (Alliance for a Green Revolution in Africa, AGRA) en collaboration avec le gouvernement et d’autres parties prenantes, a pour objectif de renforcer le système alimentaire fragile en fournissant des semences de qualité accompagnée de messages de prévention anti-Ebola à destination des agriculteurs, dont beaucoup n’ont pas accès aux intrants essentiels, notamment aux semences améliorées.
 
« Les 50 millions de tonnes de semences de maïs jaune à haut rendement  de don offert d’aujourd’hui contribueront largement à assurer la sécurité alimentaire des agriculteurs les plus démunis et de leurs familles pendant cette période difficile marquée par l’épidémie de la maladie à virus d’Ebola », indique Agnes Kalibata, présidente de l’AGRA. « Nous ne voulons pas que l’épidémie de fièvre à virus d’Ebola se dégénère en une crise alimentaire. »
«  La fièvre à virus d’Ebola   a le potentiel de perturber nos systèmes alimentaires dans la mesure où elle affecte les parties les plus productives de nos économies comme cela a été pour le cas de la pandémie du VIH/Sida il y a quelques années. L’AGRA a mis en place une plate-forme qui aide non seulement à  fournir   des intrants agricoles mais aussi à  transmettre des messages d’ordre sanitaire et de sensibilisation  des populations» a indiqué  Strive Masiyiwa, président du conseil d’Administration de AGRA et président-directeur général d’Econet Wireless. « Je suis heureux de voir que AGRA parvient à mobiliser une aide pour les petites exploitations agricoles au Liberia, en partenariat avec le gouvernement et le secteur privé, et tout en luttant contre le virus Ebola », poursuit-il, en ajoutant que la plate-forme mise en place par AGRA constitue l’un des mécanismes de distribution les plus efficaces d’Afrique dirigé par des Africains.
 
Quoique le Liberia soit un pays largement tributaire de l’agriculture, le secteur a souffert  de graves  échecs, se traduisant par un grand nombre d’agriculteurs incapables de produire à un niveau optimal. Cette situation s’est aggravée du fait de l’impact négatif de l’épidémie de la fièvre à virus d’Ebola, où la peur de la maladie a poussé les agriculteurs à abandonner leurs champs. La nouvelle initiative de l’AGRA commençant au Liberia cible les agriculteurs les plus démunis de quatre  provinces. Les semences de maïs à haut rendement sont potentiellement en mesure de multiplier par deux, voire trois, le volume des récoltes et d’atténuer ainsi la pression pesant sur l’approvisionnement alimentaire, tandis que les messages de sensibilisation à Ebola et de simples outils tels que des seaux et du savon permettront aux agriculteurs de bénéficier de la première ligne de défense contre la maladie.
 
AGRA a, dans cette démarche, collaboré avec les gouvernements du Liberia et de Côte d’Ivoire, la Banque africaine de développement et le secteur privé au Mali. « AGRA exprime toute sa reconnaissance à l’égard du Dr Donald Kaberuka, président de la Banque africaine de développement, et du gouvernement ivoirien pour le soutien apporté pour l’acheminement en temps utile des semences de la frontière Ivoirienne au Liberia  », souligne Mme Kalibata. 
 
« Grâce à ce soutien de l’Econet Development Foundation, et en réaction à la crise alimentaire qui menace le pays, notre programme pour les systèmes de semences africains (Program for African Seed Systems, PASS) intensifiera ses travaux d’accès à des semences de haute qualité afin d’améliorer les pratiques agricoles et la disponibilité en nourritures   des agriculteurs libériens », a indiqué Dr Joe DeVries, directeur du programme PASS. « Nous œuvrerons en coopération avec les ministères de l’agriculture et de la santé, les entreprises semencières  privées, les organisations nationales paysannes et d’autres partenaires locaux pour veiller à ce que cette aide fournie atteigne effectivement les agriculteurs auxquels elle est destinée. » 
 
Si cette quantité de semences est distribuée gratuitement, compte tenu des pressions financières auxquelles sont confrontés les agriculteurs, , l’initiative s’inscrit néanmoins dans le cadre de l’approche globale adoptée par l’AGRA pour veiller à l’amélioration des systèmes alimentaires en créant des entreprises  semencières et en formant des  vendeurs d’intrants afin de stimuler le marché de manière appropriée assurant ainsi un véritable développement économique durable  à long terme.
 
A l’aide du soutien de la Fondation Howard G. Buffett, le programme PASS s’est attaché à mettre en place un système semencier basé sur la demande des agriculteurs en matière de semences de qualité. L’organisation soutient actuellement trois entreprises  semencières locales pour la production, la multiplication et la mise à disposition de semences de qualité aux les agriculteurs. Le programme PASS a également fournit des subventions à  l’Institut central de recherches agricoles (Central Agriculture Research Institute, CARI) pour effectuer des recherches  sur des produits de base  comme le riz, le manioc et le maïs en vue d’améliorer la productivité de l’agriculture et a également formé 8 spécialistes libériens en semences à l’Université des sciences et de la technologie Kwame Nkrumah, au Ghana, avec pour objectif de garantir que les agriculteurs du pays cessent d’utiliser des semences à faible rendement pour se tourner vers des semences à haut rendement. 

Dépêche

Mercredi 17 Décembre 2014 - 14:59



Nouveau commentaire :
Facebook Twitter