APE : un contrat pour la destruction de notre fragile économie

Les Accords de Partenariat Economique (APE) sont un danger pour le secteur de la pêche et la sécurité alimentaire dans la sous région et notamment au Sénégal. Consciente de cela, l’ONG ActionAid encourage le refus de la signature des APE. Face à la presse ce jeudi 18 décembre, elle a estimé que l’acceptation des APE risque de favoriser davantage le pillage des ressources halieutiques du Sénégal par les navires européens.



Retour de pêcheurs sénégalais
Retour de pêcheurs sénégalais
La pêche est un secteur stratégique au Sénégal de part les emplois qu’elle crée. Dans un rapport intitulé « Touche pas à mon poisson ! » ActionAid indique que le secteur de la pêche procure plus de 600 000 emplois au Sénégal. Le rapport révèle aussi qu’au Sénégal 70% des besoins en protéine animale est assuré par la pêche. Seulement la signature des APE pourrait avoir un impact négatif sur ce joyau de l’économie sénégalaise. Elle va encourager « la surexploitation des ressources halieutiques par les navires européens et augmenter l’insécurité alimentaire des sénégalais » a déclaré Moussa Faye, représentant résident d’ActionAid au Sénégal.

En effet selon ActionAid « les navires européens à travers des pratiques telles que la « sénégalisation » de leurs navires, le rachat et le cumul des quotas et licences de pêche ou le rapatriement des capitaux contournent les tentatives du gouvernement sénégalais de gérer l’accès et le contrôle des ressources de la mer ». Pour se protéger contre tous ces éventuels désagréments il faut tout simplement « rejeter les APE » de l’avis de Moussa Faye. A la place de la signature des Accords de Partenariat Economique, ActionAid propose des accords de développement et de coopération qui permettent de surveiller nos côtes, de protéger et régénérer nos ressources et de transformer localement ces ressources halieutiques pour créer des emplois et éviter la dislocation des communautés de pêcheurs.

Outre la destruction des ressources halieutiques, « les entreprises sénégalaises ne sont pas encore prêtes pour la signature des APE dont le délai est fixé à juin 2009. Dans le cadre de la préparation de la sous région, les questions telles que les problèmes du Tarif Extérieur Commun (TEC), les produits sensibles et le programme sur le développement ne sont pas encore résolues» selon Bathe Ciss chargé de projet à Enda dans le programme commerce et développement. A ce niveau, poursuit-il, « si la sous région signe les APE, elle fera face à une concurrence européenne que les entreprises locales ne pourront pas supporter. Elles seront ainsi appelées à disparaître. Par conséquent, il y aura beaucoup plus de chômeurs et un problème au niveau de nos économies et de l’alimentation ».

Il explique que l’intérêt des pays africains se trouve dans le volet développement alors que « depuis le début des négociations des APE, l’Union Européenne met l’accent beaucoup plus sur le volet commercial. Nous n’avons pas beaucoup à y gagner tout simplement parce que nous avons de jeunes économies et nous n’avons pas une production qui est subventionnée. Ce qui signifie que nous ne pourrons pas participer convenablement à la concurrence, car qui dit commerce dit concurrence » a précisé Bathie Ciss.




Awa DIEDHIOU

Jeudi 18 Décembre 2008 - 15:42



Nouveau commentaire :
Facebook Twitter