ARTP/ Sonatel : le vice-président de Global Voice Group va être assigné en justice par la Sonatel.

Les sonatéliens ne badinent pas avec leur notoriété. Et le premier qui va le vérifier à ses dépens est Serigne Ben Niang, vice-président de Global Voice Group. La direction de la Sonatel a saisi son avocat pour le traduire en justice. Dans cette affaire, la Sonatel n’exclut même pas d’attaquer le décret qui a établi le partenariat en justice.



ARTP/ Sonatel : le vice-président de Global Voice Group va être assigné en justice par la Sonatel.
Le combat ARTP/ Sonatel prend peut-être une autre tournure. La direction de la Sonatel a organisé ce jeudi un point de presse pour apporter ses arguments. Et c’est le directeur de la réglementation et des affaires juridiques qui faisait face à la presse.

Pour M. Seydi Ahmed Sy Sarr, « en matière de gestion et de bonne gouvernance, la Sonatel n’a de leçons recevoir de personne ». Ainsi les accusations de voleur sont graves et scandaleuses. Pour cela, M. Serigne Ben Niang sera assigné pour s’expliquer devant la justice. Rappelons que ce dernier a accusé la Sonatel « de voleur qui crie au voleur ».

Toujours sur ce registre juridique, la direction de la Sonatel n’exclut pas d’attaquer le décret qui établit le partenariat ARTP/ Global Voice Group. Pour le directeur de la réglementation et des affaires juridiques, ce n’est pas une première option mais elle n’est pas exclue. La direction de la société qui dit ne pas avoir les mêmes formes de combat que les syndicalistes de la boîte, salue tout de même, la réaction patriotique de ces derniers. La direction rejette les accusations relatives à une manipulation de ces syndicalistes de sa part et rejette les accusations graves de l’ARTP « qui cherche juste à légitimer ses actes ».

NDIAGA DIOUF

Jeudi 29 Juillet 2010 - 20:55



Nouveau commentaire :
Facebook Twitter